RMC Sport

Ullrich, tout sauf une surprise…

Jan Ullrich avoue s'être dopé

Jan Ullrich avoue s'être dopé - -

Vainqueur du Tour de France en 1997, Jan Ullrich reconnaît s’être dopé au cours de sa carrière avec l’aide du médecin espagnol Eufemiano Fuentes. Des aveux qui étaient attendus, six mois après ceux de son ancien rival Lance Armstrong.

Le duel a été parfois épique. Il est pathétique, une dizaine d’années plus tard. Six mois après Lance Armstrong, Jan Ullrich passe à son tour aux aveux dans une interview accordée au magazine allemand Focus qui sera publiée dans son intégralité ce lundi. « Oui, j'ai eu recours aux traitements de Fuentes, reconnaît l’ancien leader de Deutsche Telekom dans un extrait diffusé ce samedi. Presque tout le monde prenait à l'époque des substances dopantes. Je n'ai rien pris que les autres n'ont pas pris aussi. Selon moi, il y a escroquerie à partir du moment où je me procure un avantage. Il ne s'agissait pas de cela. Je voulais favoriser l'égalité des chances. »

Il faudra attendre quelques heures pour se faire une idée plus précise sur les pratiques dopantes de Jan Ullrich, qui ne faisaient plus aucun doute. L’Allemand avait remporté le Tour de France en 1997, un an après le succès de son coéquipier danois Bjarne Riis, également passé aux aveux mais toujours présent dans le peloton en tant que directeur de Saxo Bank. « Je crois que ce n’est pas une surprise, explique David Lappartient, le président de la Fédération française de cyclisme. Il était temps qu’Ullrich avoue. Je crois qu’on doit aller au bout pour purger toute cette période. Cette période 1995-2005 est à jeter aux orties. On ne peut accorder aucune crédibilité aux résultats sportifs de cette époque. »

Ullrich : « Pas meilleur qu’Armstrong, mais pas plus mauvais »

La « purge » consistera-t-elle à effacer du palmarès le nom de Jan Ullrich ? Echappera-t-il à ce sort, comme Bjarne Riis ? Lance Armstrong sera-t-il le seul à voir son nom être rayé de l’histoire du Tour de France ? « Je ne suis pas meilleur qu’Armstrong, mais je ne suis pas plus mauvais non plus » rappelle l’Allemand, six fois deuxième du Tour de France (1996, 1998, 2000, 2001, 2003, déclassé en 2005), aujourd’hui âgé de 39 ans. A la différence de l’Américain, il n’avait pas échappé aux gendarmes du cyclisme pendant sa carrière. Exclu du Tour avant le départ en 2006 en raison de son implication dans l’affaire Puerto, il avait été suspendu deux ans en 2012. Il était déjà retraité. Et le mal était fait depuis longtemps.

A lire aussi :

- Legeay : « Ullrich ? Ce n'est pas un scoop »

- Jaksche : « Fuentes se chargeait de tout »

- Affaire Puerto : un verdict a minima