RMC Sport

Un Tour qui rapporte

-

- - -

Troisième évènement sportif le plus suivi au monde après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de football, le Tour de France sait récompenser généreusement ses champions. Au total, un pactole de 3, 2 millions d’euros de dotations est mis en jeu.

La poule aux œufs d’or Cavendish aura bien garni les caisses de son équipe HTC-Columbia. Avec cinq victoires dans ce Tour de France 2010 (la dernière, hier, sur les Champs-Elysées), le sprinteur a rapporté la bagatelle de 40 000 euros, soit 8000 euros par victoire d’étape. Une coquette somme qui reste néanmoins dérisoire face à ce que va empocher le maillot jaune et vainqueur du tour Alberto Contador. Le coureur espagnol d’Astana encaissera un chèque de 450 000 euros. Loin, très loin devant les leaders des classements des maillots verts et à pois, chacun récompensés par une prime de 25 000 euros.

Porteur du maillot blanc, la tunique du meilleur jeune sur le Tour, Andy Shleck (Saxo Bank), deuxième du classement général, devra se contenter d’un butin de 20 000 euros, soit 20 fois moins que son rival ! 20 000 euros, c’est également la somme que touchera Sylvain Chavanel (Quick-Step), élu meilleur combatif du Tour.

Des chiffres qui peuvent paraître impressionnants mais qui restent cependant bien en deçà des dotations pratiquées dans d’autres grands sports. Roland-Garros, par exemple, distribue près de 16 millions d’euros aux joueurs, dont un million pour le seul vainqueur. Nos « révoltés » du bus de Knysna auront rapporté à la Fédération Française de Football la somme de 7 millions d’euros, tarif minimum pour une participation à la Coupe du Monde. Des deniers qui devraient venir renflouer les caisses du football amateur.

Sylvain Reignault