RMC Sport

Une étape pavée de mauvaises intentions

Les pavés de la 3e étape entre Wanze et Porte de Hainaut vont faire des dégâts dans le peloton

Les pavés de la 3e étape entre Wanze et Porte de Hainaut vont faire des dégâts dans le peloton - -

Mardi, le Tour va emprunter les routes assassines qui relieront Wanze à la Porte du Hainaut. Des coureurs vont être portés disparus.

Avec des pavés au menu, bien saignants, la journée s’annonce indigeste pour une bonne partie du peloton. « La moitié des coureurs ne fait jamais Paris-Roubaix. Il faudra faire très attention », rappelle Marc Madiot. Comme toute la caravane, le directeur sportif de la FDJ redoute cette étape, pavée donc de bien mauvaises intentions dans les trente derniers kilomètres. 13,2 km de tremblote au total qui pourraient bien avoir une vraie incidence sur le classement général. A l’image de Fabian Cancellara (Saxo Bank), vainqueur du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix, les spécialistes vont se sacrifier pour leurs leaders. « Je vais rouler pour les frères (Schleck), le jaune c’est fini, je vais faire le maximum pour l’équipe », prévoit le Suisse.
Il y aura des chutes, à l’avant, à l’arrière, des roues voilées, des rêves brisés. « Ce sont les mêmes pavés, les mêmes routes, rien n’a bougé », ironise Marc Madiot en claquant des dents. La tranchée d’Arenberg non plus n’a pas bougé, mais ne causera aucun dégât. Ce n’est qu’à l’entrée du secteur pavé le plus célèbre du monde que sera jugée l’arrivée. Le final pourrait ressembler à une belle pagaille entre les ambitions des uns, l’inexpérience des autres sur ces routes démoniaques. Sylvain Chavanel fera au mieux pour conserver son Maillot jaune. « Si je passe bien l'étape de demain, je peux espérer garder la tête du général jusqu'aux Rousses », lançait le vainqueur du jour à Spa. Avant de retrouver la France pour trois étapes de mornes plaines, on attend du spectacle lors de ce dernier jour outre Quiévrain. Pour certains, l’histoire, belge évidemment, ne sera pas drôle.