RMC Sport

Wiggins au Panthéon des héros de sa Majesté

Bradley Wiggins

Bradley Wiggins - -

Bradley Wiggins est devenu ce mercredi champion olympique du contre-la-montre, dix jours après son sacre au Tour de France. Une septième médaille personnelle qui fait de lui le Britannique le plus titré aux JO. Et qui conclut une année royale.

A 32 ans, Bradley Wiggins vit sans doute le plus bel été de sa vie de sportif de haut niveau. Le 22 juillet dernier, le coureur Sky était sacré pour la première fois roi de la Grande Boucle devant son co-équipier Christopher Froome. Dix jours plus tard, soit à peine le temps de savourer son succès français, « Wiggo » s’adjuge une nouvelle couronne, celle de champion olympique du contre-la-montre. Et comme pour magnifier un triomphe déjà étincelant, Bradley Wiggins y a ajouté la manière, reléguant son dauphin Tony Martin à 42 secondes, et son lieutenant et compatriote Christopher Froome à 1’08’’ (Sylvain Chavanel ne termine que 29e).

Une course maitrisée du premier au 44e et dernier kilomètre du circuit de Hampton Court pour Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC : « Tout était fluide, tout était beau, tout était bien réglé, glisse admiratif l’ancien coureur et directeur sportif français. Il n’y avait pas un cheveu ni même un cil qui dépassait ! C’était magnifique à regarder. Tout était parfait. » Un parcours sans faute qui lui a permis de terminer devant Tony Martin, pourtant parti plus vite, sous une foule londonienne en délire pour son champion.

Un triomphe national

Née Outre-Manche avec les exploits du natif de Gand (Belgique) sur le Tour, la « Wiggins mania » avait perduré pour ces Jeux Olympiques de Londres. Les rouflaquettes caractéristiques du vainqueur de la Grande Boucle s'étalaient même ces jours-ci en Une du Sun, surmontées du titre "Going for Wiggold" (jeu de mots avec le surnom de Wiggins "Wiggo" et "gold" pour "or").

A l’arrivée de l’ultime étape du Tour sur la plus belle avenue du monde, Bradley Wiggins entrait déjà dans l’histoire de son pays en devenant le premier britannique sacré sur les routes du Tour de France. Ce mercredi, l’ancien pistard (qui s’est également imposé cette saison sur Paris-Nice, le Tour de Romandie et le Dauphiné) a non seulement apporté à la Grande-Bretagne sa deuxième médaille d’or des Jeux après celle obtenue par le duo Helen Glover-Heather Stanning en aviron, mais il est surtout devenu le sportif britannique le plus récompensé aux Jeux Olympiques. Avec sept breloques, dont quatre en or (poursuite individuelle en 2004 et 2008, poursuite par équipes en 2004, et donc contre-la-montre en 2012), une en argent (poursuite par équipes en 2004) et deux en bronze (poursuite par équipes en 2000, course à l’Américaine en 2004), il dépasse ainsi le rameur légendaire Sir Steve Redgrave (6 médailles, dont 5 en or). Bradley Wiggins a ainsi franchi en à peine un mois les limites de son sport pour faire une entrée fracassante au Panthéon des héros britanniques.

Anthony Tallieu