RMC Sport

Wiggins et Froome au service du « Cav »

Mark Cavendish

Mark Cavendish - -

Triple vainqueur d’étape sur le Tour, Mark Cavendish fait figure de grand favori pour le titre olympique de la course en ligne (250 km, départ à 11h). Avec à ses côtés, deux coéquipiers de luxe : Bradley Wiggins et Christopher Froome.

D’une capitale à l’autre, Mark Cavendish espère le même couronnement. Invincible à Paris, où il a décroché sa quatrième victoire d’affilée sur les Champs-Elysées, le sprinteur de la Sky arrive à Londres en grand favori pour le titre olympique. Sur un parcours qui semble taillé pour lui, le champion du monde britannique pourrait (devrait ?) voir son rêve d’or olympique devenir réalité samedi sur le prestigieux « Mall » de Londres. « Avec les JO de Londres, nous sommes dans notre pays d'origine, avec une équipe formidable : c'est la chance d'une vie », a lâché Cavendish.

Si ses qualités de sprinteur ne sont plus à prouver, le « Cav » devra montrer qu’il est capable de s’illustrer sur une course en ligne pas si plate que ça. Long de 249 kilomètres, le tracé olympique offre un passage de 12 kilomètres dans les collines de Box Hill (2,5 km à 4,9 % de moyenne). Les coureurs couvriront neuf tours de ces bosses avant de rejoindre la capitale. Vainqueur de la course préolympique l’année dernière en puncheur, le sprinteur de l'Ile de Man pourra compter sur la « Dream Team » de la Sky et en particulier sur le duo d’enfer Wiggins-Froome. « C'est faisable. Mais je ne peux pas le faire seul, confirme Cavendish. J'ai besoin de mes coéquipiers, qui figurent parmi les plus forts au monde, pour m'aider ».

Brailsford : « Mark est le plan A »

Unie pour gagner, l’équipe britannique (Cavendish, Wiggins, Froome, Millar et Stannard) a promis de dérouler le tapis rouge à son sprinteur jusqu'à Buckingham Palace. A commencer par le vainqueur sortant de la Grande Boucle. « Il a été là pour moi en juillet, c’est son tour maintenant, assure Bradley Wiggins. Nous sommes tous là pour lui ! ». Même son de cloche du côté de Dave Brailsford, à la fois boss de l’équipe Sky et du cyclisme britannique (route et piste), et qui est bien décidé à faire briller une nouvelle fois l’incroyable état d’esprit de ses protégés. « Mark est le plan A et le reste de l’alphabet », confirme-t-il. Et Cavendish d’ajouter : « Les gars sont incroyablement loyaux et patriotiques. Ils veulent réellement le faire ».

Véritable rouleau compresseur sur les routes du Tour, la formation Sky -même réduite à trois éléments majeurs- sera une fois encore l’équipe à battre. Mais trois semaines de Tour laissent forcément des traces que tenteront d’exploiter des vainqueurs potentiels tels le Slovaque Peter Sagan (maillot vert du Tour), l’Allemand André Greipel (3 succès), le Norvégien Edvald Boasson Hagen (maillon fort de… Sky) ou même le Français Arnaud Démare (champion du monde espoirs en titre et récent vice-champions de France). « Les autres nations vont évidemment nous regarder, admet Wiggins. Mais on n’y porte pas attention, on reste concentrés sur nous-mêmes ».

Alexandre Mispelon