RMC Sport

L’escrime tricolore au fond du trou

-

- - -

Après l’échec de fleurettistes français face aux USA (45-39) dans l’épreuve par équipes ce dimanche, l’escrime français repart de Londres sans la moindre médaille. Une triste première depuis les JO 1960.

Voilà, c'est désormais acté. Pour la première fois depuis 52 ans et les JO de 1960, l'escrime français ne remporte pas la moindre médaille. Ce dimanche, l'échec des fleurettistes français en quarts de finale face aux USA (45-39) dans l'épreuve par équipes a sonné le glas des derniers espoirs dans le camp tricolore. Très dur. « Bien entendu, il y a une inquiétude, surtout quand on commence à douter. Quand on est dans une spirale négative, c’est toujours difficile de relever la tête », confiait il y a quelques jours le président de la Fédération française d’escrime (FFE), Frédéric Pietruszka.

Des défaites incompréhensibles comme celle du fleurettiste Erwan Le Pechoux, sorti dès les 8e de finale par le Coréen Choi Byung-chul (15-13), alors qu’il menait 4-0. Tout comme l’épéiste Gauthier Grumier, l’une des plus grosses chances de médaille en individuel, qui a pris la porte mercredi dès son premier combat après s’être incliné face au Norvégien Bartosz Piasecki (14-13). « Vous venez pour acheter Ferrari on vous repartez avec une 4L, ça vous emmerde un peu quand même », lâche Grumier. « On ne s’attendait pas à faire carton plein mais le bilan est très mauvais », résume Eric Srecki, DTN.

Alors que la France broie du noir, le monde avance. L’escrime n’est plus réservée à un groupe de nations européennes. A Londres, le podium du fleuret masculin n’a pas vu un escrimeur du Vieux Continent monter sur le podium : l’or pour le Chinois Lei, l’argent pour l’Egyptien Abouelkassem, le bronze pour le Coréen Choi… En passant, Abouelkassem est devenu le premier médaillé olympique africain. « Il faut arrêter de se regarder le nombril et aller voir ce qui se passe ailleurs », lance l’épéiste Hugues Obry, entraineur national adjoint.

Des signes avant-coureurs aux Mondiaux de Catane

Les mauvais résultats des Bleus aux Mondiaux 2011 à Catane (trois médailles, dont l’or des épéistes hommes par équipes) avaient alerté. « Quand on regarde les résultats de l’olympiade, il n’y a pas de quoi être vraiment surpris », note un cadre de l’INSEP. Les réunions de travail se sont multipliées. Du sang neuf a été insufflé chez les fleurettistes. Les épreuves par équipes devaient récompenser cet aggiornamento. Raté.

Louis Chenaille (avec R.M.) à Londres