RMC Sport

Abidal : "Je suis sollicité par le Barça, l’Olympiakos et l'UEFA"

-

- - AFP

Après 14 saisons chez les pros, Eric Abidal, âgé de 35 ans, a annoncé sa retraite sportive ce vendredi midi. L’ancien international français, arrivé en juillet à l’Olympiakos, confie vouloir désormais se reposer, avant d’opter pour un avenir au sein du club grec, du Barça ou bien de l'UEFA.

L’émotion de l’annonce

« C’est un jour très important dans ma carrière. J’ai pris la décision officielle d’arrêter ma carrière de joueur professionnel, ici à l’Olympiakos. Pour des raisons personnelles, après mon parcours, que tout le monde connait. Le sportif de haut niveau est le seul à savoir quand il doit arrêter sa carrière, pour moi c’est le moment. C’est une décision que je ne pense pas regretter. C’est le moment de tourner la page et de créer un nouveau chapitre. Je tiens à remercier toutes les personnes du club pour la confiance qu’ils m’ont accordée pendant ces quelques mois. Je suis fier d’avoir écrit une ligne l’histoire de l’Olympiakos. C’est un grand club. La première chose que je ferai en rentrant en Espagne sera d’encadrer le maillot de l’Olympiakos. Je tiens aussi à remercier tous les entraineurs, tous les staffs médicaux et toutes les équipes que j’ai pu avoir. Ces gens resteront des amis tout au long de ma vie. »

Ses souvenirs

« Dans ma carrière, j’ai gagné des trophées. Mais le plus important est de passer du statut d’amateur à celui de professionnel. C’est un rêve d’enfant qui se réalise même si le plus dur reste à faire. Mon retour à la compétition avec le Barça, lors de la demi-finale retour de la Ligue des champions contre le Real Madrid, après mon opération d’une tumeur au foie, reste aussi un grand moment de ma carrière. Dans le football, il peut y avoir des hauts et des bas. Il faut toujours garder la persévérance, l’envie, la détermination. Le football a été une manière de pouvoir oublier la maladie et d’atteindre mon objectif. Ça a été peut-être plus fort que de remporter un trophée. »

La Ligue des champions 2011 avec le Barça

« Ca va rester un grand moment de ma carrière. Pas beaucoup de joueurs ont pu lever ce trophée. En plus, j’ai eu la chance de recevoir le brassard avant de monter les marches et pouvoir lever ce trophée. Pour moi, ça va donc rester l’un des meilleurs moments de ma carrière. »

Pas de titre avec l'équipe de France : un regret ?

« Non car pour moi, c’était une fierté de porter ce maillot, une fierté de pouvoir jouer de grandes compétitions. Le rêve de tout joueur, c’est de pouvoir jouer de grands matches et notamment une Coupe du monde. J’ai eu la chance de pouvoir en jouer deux. 2006, ça s’est très bien passé même si tu la gagnes pas. Mais pour moi, ça reste un grand souvenir. Je pense que durant ce Mondial-là, j’ai appris beaucoup de choses, ce qui m’a permis de pouvoir avancer à grands pas par la suite. »

Un goût d'inachevé avec les Bleus

« J’aurais pu, j’aurais voulu même finir l’équipe de France par une grande compétition. Certes, on n'a pas toujours ce qu’on veut. Le sélectionneur a fait des choix et il faut pouvoir les accepter. Mais en tout cas, j’ai démontré que j’étais derrière l’équipe de France, que je soutenais cette équipe à ma manière, à 100%. Même si j’étais pas dans le groupe, je souhaitais le meilleur parce que cette équipe vit bien. Il y a énormément de joueurs que je connais. Ils ont fait un grand Mondial, on les a attendus, ils ont répondu présent. Maintenant, j’espère qu’ils feront un Euro formidable pour pouvoir le gagner en France. »

Son avenir immédiat

« Mon futur proche est de me reposer et de pouvoir profiter de ma famille. Ensuite je prendrai une décision pour ouvrir ce nouveau chapitre. »

Sa reconversion

« J’ai eu une sollicitation du FC Barcelone, il y a de cela deux ans (pour devenir ambassadeur du club catalan, ndlr). Mais concrètement, je n’ai pas eu d’offre de contrat. Je suis exactement dans la même situation avec l’Olympiakos. J’en ai parlé avec le président mais il n’y a rien de concret. Il sait que je suis ouvert à toute proposition. Quand ? Je ne sais pas mais c’est quelque chose que je souhaite. La suite se jouera entre le Barça, l’Olympiakos, l’UEFA et forcément ma fondation à laquelle j’aurai plus de temps à consacrer. »

Pierrck Taisne à Athènes (Grèce)