RMC Sport

Allemagne: "Löw ne propose plus rien", la Mannschaft inquiète

L’équipe d’Allemagne s’est fait humilier par l’Espagne, mardi à Séville, lors de la dernière journée de la Ligue des nations (6-0). Une défaite historique qui fragilise la position de Joachim Löw, en poste depuis quatorze ans. Notre spécialiste, Polo Breitner, décrit un sélectionneur en bout de course.

C’est une claque retentissante qui va sans doute laisser des traces. Et peut-être modifier un peu le paysage du football outre-Rhin. L’équipe d’Allemagne a reçu une véritable correction face à l’Espagne, mardi à Séville, lors de la dernière journée de la Ligue des nations (6-0). Dominateurs dans tous les domaines, les joueurs de Luis Enrique se sont baladés face à une Mannchaft à la dérive. Ferran Torres, l’ailier de Manchester City (20 ans), en a profité pour s’offrir un triplé. De quoi fragiliser sérieusement Joachim Löw, en poste depuis quatorze ans. Polo Breitner, notre spécialiste, décrit un sélectionneur à court d’idées, qui arrive au terme de son aventure.

"Par rapport à tout ce que fait Joachim Löw depuis un certain temps, c’est devenu un technocrate du football. Il n’y a plus rien, il t’explique la défaite. Il a un discours entrepreneurial extraordinaire mais à la fin, on attend de voir le spectacle et il n’y a strictement rien, s’alarme notre observateur. Une déculottée comme celle-là, ça pouvait arriver. Début 2006, l’Italie avait démonté l’Allemagne en amical (4-1) et derrière, elle ne s’était pas trop mal débrouillée lors de sa Coupe du monde. Mais là, on est vraiment en fin de cycle. Löw est en poste depuis quatorze ans et personne ne lui dit rien. Il n’en à rien à faire des questions des médias. Schweinsteiger, aujourd’hui consultant sur la chaîne ARD, a expliqué qu’il n’y avait rien dans cette équipe et que c’est assez grave".

"Ce n’est pas si surprenant que ça"

Et le souci ne date pas d’hier. Depuis sa victoire au Mondial 2014, l’Allemagne a largement régressé. Surtout ces dernières années. "Tous les problèmes qu’on essaie de mettre sous le tapis sont ressortis d’un seul coup, résume Polo Breitner. Il n’y a pas de défense, pas de leader. Les joueurs offensifs ne répondent pas présents. On enlève des joueurs qui feraient du bien à cette équipe. On se demande pourquoi Marco Reus, pourtant rétabli, n’est pas là. Ce n’est pas si surprenant que ça. Et d’un autre côté, c’est tellement catastrophique qu’on se dit que ça ne peut pas être pire. On en est là."

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur