RMC Sport

"Bien sûr que j'ai été lâché": Pierre Ménès regrette le manque de soutien

Invité d'Estelle Midi, ce vendredi sur RMC, l'ancien chroniqueur vedette du Canal Football Club, Pierre Ménès, est revenu sur l'affaire des agressions sexuelles ayant conduit à son départ de la chaîne cryptée.

Plus de trois mois après l'officialisation de son départ de Canal+, Pierre Ménès fera dans les prochains jours son retour médiatique, avec le lancement d'une plateforme dédiée au football. A cette occasion, l'ancien chroniqueur du Canal Football Club était invité ce vendredi d'Estelle Midi, sur RMC. Et il a forcément été question des faits ayant conduit à son départ de la chaîne cryptée, à savoir des agressions sexuelles - avérées ou présumées - sur des collègues féminines, mises en lumière en mars 2021 dans un documentaire de Marie Portolano, "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste".

Un semestre a passé depuis l'explosion de "l'affaire Ménès", mais le principal intéressé - qui a "pensé à faire une bêtise" - n'a pas franchement changé de ligne de défense. S'il dit regretter le baiser forcé envers Francesca Antoniotti (et juste celui-ci), Ménès n'exprime pas de remords sur le fond, et s'estime surtout victime d'une cabale et de l'époque actuelle. "A l’arrivée c’est quoi cette histoire ? C’est la haine des réseaux sociaux, lâche-t-il. La haine et la lâcheté des réseaux sociaux. (...) Pourquoi il y a eu une mise à l’écart de Canal+ ? A cause des réseaux sociaux..."

"Même si je suis un affreux pervers sexuel, j’ai visiblement manqué à beaucoup de monde"

Des réseaux sur lesquels il a tout de même trouvé du soutien ces derniers temps, ce qui l'aurait incité à faire ce retour dans le monde du foot. Du soutien d'inconnus, mais pas de collègues ou de confrères. Ce qu'il semble regretter.

"Même si je suis un affreux pervers sexuel, j’ai visiblement manqué à beaucoup de monde, assure-t-il. C’est vrai qu’il y a eu peu de soutien public. Mais je ne l’ai demandé à personne, on était en pleine chasse à l’homme." Et de répondre quelques minutes plus tard à une question sur un éventuel sentiment de lâchage: "Pas par tout le monde, mais j'ai été lâché, bien sûr".

Une déclaration qui n'est pas sans rappeler son précédent règlement de compte à distance avec son ancien compère du CFC, Hervé Mathoux. "Lui, il était là pour faire le beau quand j'étais malade mais quand il a fallu sortir ses c…, il n'y avait plus personne", avait-il lancé en juillet.

Selon un article des Jours publié fin septembre, l'enquête interne de Canal+ concernant les agissements de Pierre Ménès aurait permis de faire remonter sept témoignages. Et l'affaire pourrait désormais aller en justice.

RMC Sport