RMC Sport

Blanc, quelques heures et puis s’en va…

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Le sélectionneur a fait un aller-retour éclair entre Bordeaux et Paris ce lundi pour répondre aux questions des enquêteurs dans l’affaire des quotas. Le secret entourant le lieu de l’entretien a été soigneusement gardé. Chantal Jouanno, la ministre des Sports, communiquera ce mardi à 11h30. Laurent Davenas et Patrick Braouezec l’imiteront à 14h30.

Veni, vedi, c’est sûr. Vici ? On ne le saura que dans les prochains jours. Comme prévu, Laurent Blanc a été le dernier ce lundi à être entendu à Paris par les deux commissions d’enquête chargées de faire la lumière dans l’affaire des quotas. Un passage express et frappé du sceau du secret. Le sélectionneur des Bleus a en effet décollé aux alentours de 11h50 de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, à bord d’un avion privé. Il était de retour chez lui dès 18h15. Et le lieu de l’entretien a été soigneusement protégé par les trois parties.

Seules des rumeurs évoquant Clairefontaine, l’INSEP, le ministère des Sports ou encore le CNOSF ont parcouru la capitale. Laurent Blanc, qui avait retrouvé son domicile aquitain samedi, où l’attendait sa femme et ses trois enfants, après une semaine dans un luxueux institut de cures à Merano (Italie), a pu (enfin) livrer sa version des faits aux enquêteurs, Laurent Davenas et Patrick Braouezec d’un côté, les trois inspecteurs du ministère de l’autre. Et se défendre des accusations dont il est l’objet depuis la révélation par Mediapart de propos à caractère discriminatoire tenus lors d’une réunion de la Direction Technique Nationale le 8 novembre 2010.

Jouanno à 11h30, Davenas et Braouezec à 14h30

Selon la transcription de l’enregistrement réalisé par Mohamed Belkacemi, ce sont deux phrases prononcées par l’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux qui ont retenu l’attention des enquêteurs. « Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les Blacks » a lâché Laurent Blanc ce jour-là, avant d’ajouter : « Les Espagnols, ils m'ont dit: "Nous, on n'a pas de problème. Nous, des Blacks, on n'en a pas" ». Des sanctions, internes à la FFF voire devant les tribunaux en cas de poursuites judiciaires, pourraient être prises à l’encontre du sélectionneur et de François Blaquart, le DTN, principal accusé et déjà suspendu de ses fonctions.

Pour en connaître la teneur, il faudra attendre la publication des deux rapports. Chantal Jouanno, la ministre des Sports, s’exprimera ce mardi à 11h30 à l’INSEP. A 14h30, ce sera au tour de Laurent Davenas et Patrick Braouezec de présenter leurs conclusions. Fernand Duchaussoy, le président de la FFF, patientera lui jusqu’à jeudi et un conseil fédéral extraordinaire pour statuer. Le même jour, Laurent Blanc devrait être en Vendée, au Puy du Fou, pour l’université d’été des Etoiles du Sport. A moins qu’il ne dribble, une nouvelle fois, tous les observateurs.

LP avec OS et SO