RMC Sport

Bordeaux, le grand stade encore virtuel

-

- - -

DOSSIER RMC SPORT. Les grues ne s’activent pas encore dans le quartier du Lac, à Bordeaux, où doit sortir de terre la nouvelle enceinte des Girondins. Si le permis de construire a été déposé au mois de décembre, des recours administratifs sont encore susceptibles de gêner l’avancement du grand stade.

Voir les travaux des autres et rêver des siens. Les supporters des Girondins vivent pour l’instant par procuration leurs propres desseins. Dans le quartier du Lac, il leur faut un imaginaire développé pour décerner les contours de leur futur grand stade de 43 000 places. Il doit être livré au printemps 2015, aux alentours du 30 avril précisément. Mais la première pierre n’a pas encore été posée. Elle ne devrait l’être qu’en septembre prochain. Ces derniers mois, pourtant, le dossier a semblé (enfin) avancer. Le 28 octobre, le partenariat public-privé était signé à la mairie de Bordeaux. Le 7 décembre, le permis de construire était déposé. Deux signes encourageants. Mais des zones d’ombres persistent.

Si deux enquêtes publiques auront lieu au mois de mars, ce sont surtout les recours administratifs formulés par l’opposition PS au conseil municipal et une association (TRANSCUB) qui inquiètent. Des adversaires qui s’élèvent surtout contre un rapport public-privé dans l’investissement global qu’ils jugent déséquilibré en temps de crise. Quand la mairie chiffre le budget à 184 millions d'euros (dont 75M€ d'argent public avec 28 M€ de l'Etat, 15M€ du conseil régional, 15M€ de la communauté urbaine de Bordeaux et 17M€ de la ville de Bordeaux), les opposants parlent eux de 551 millions d'euros (coût et financement sur 30 ans) dont plus de la moitié (53%) grâce à de l’argent public.

Juppé : « On est prêt à affronter ces difficultés »

« Nous ne sommes pas contre un grand stade, nous disons juste que si les Girondins veulent un grand stade, ils peuvent se le payer » explique Mathieu Rouveyre, conseiller municipal PS, en pensant fortement à l’actionnaire majoritaire, M6. « La meilleure façon de tuer l’économie, c’est d’arrêter d’investir, répond Alain Juppé, le maire de Bordeaux. Il y a des adversaires dans ce projet qui vont aller chercher la petite bête. Cela arrive partout sur tous les grands projets. C’est toujours pareil. Une fois que la première pierre est posée, que le bâtiment sort de terre, c’est l’enthousiasme général. On est prêt à affronter ces difficultés qui sont classiques. » De la durée de cette bataille administrative, dépendra certainement le respect des délais pour l’organisation de l’Euro 2016. L’UEFA impose que la livraison soit effective deux ans avant la compétition. Ou, à défaut, que le club résident puisse disputer une saison intégrale dans son nouvel antre. Les Bordelais envisagent déjà cette deuxième solution…