RMC Sport

Brésil: "Ils sont du mauvais côté de l’histoire", Rai déplore le soutien de certains footballeurs à Bolsonaro

Depuis quelques jours, Lula est le nouveau président du Brésil. Egalement candidat, l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro a pu bénéficier du soutien de nombreux footballeurs brésiliens comme Neymar, Lucas Moura ou Dani Alves. Des prises de position sur lesquelles Rai s’est exprimé dans un entretien avec So Foot.

Pendant de nombreuses semaines, les élections présidentielles au Brésil ont fait parler. Pas que sur le continent sud-américain, mais aussi en Europe. Pour cause, de nombreux footballeurs évoluant en France ou en Angleterre ont partagé leur soutien à Jair Bolsonaro qui se représentait.

Si ce dernier a été battu par Lula, des noms connus de la Ligue 1 regrettent que des stars du ballon rond comme Neymar ou Dani Alves puissent soutenir le désormais ex-président. Ancien joueur du PSG, Rai a partagé à So Foot son étonnement sur ce point: "C’est très difficile à comprendre. Il a eu des propos racistes, et cela n’a pas empêché des joueurs noirs ou métis de le soutenir. Il a mené des politiques sexistes, contre les pauvres, ce qui est très clair pour moi, mais l’est beaucoup moins pour certaines personnes de mon milieu."

"Ils sont du mauvais côté de l’histoire"

Afin de tenter d’expliquer cela, l’ancien milieu de terrain pense que certaines convictions avancées par le candidat ont pu inciter ces footballeurs à s’y associer: "Ils se sont laissés tromper par des fausses informations, des valeurs affichées par Bolsonaro, qui a réussi à rendre secondaires dans beaucoup d’esprits des principes de base, comme le respect des droits humains."

Peu avant le début des élections, Dani Alves avait avancé dans une vidéo sa fierté de soutenir un parti prenant en compte ses convictions religieuses: "J'aime le slogan qui me passionne, mais pas parce qu'il a été choisi pour un côté politique, mais parce que c'est le Brésil avant tout et Dieu avant tout." En 2018, le slogan de la campagne de Bolsonaro était "Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous." De son côté, Rai appelle ses compatriotes à revenir dans le droit chemin: "Si ces gens reviennent vers des valeurs simplement humaines, ils se rendront compte, petit à petit, qu’ils sont du mauvais côté de l’histoire."

L’appropriation du maillot brésilien

Autre point relevé par Rai, l’appropriation par Bolsonaro du maillot brésilien pour sa campagne. De peur d’être affilié à l'ex-candidat, l’ancien élément de la Seleçao a partagé son regret de devoir renoncer à porter une tunique qu’il a souvent représenté durant sa carrière: "Je me suis senti mal de ne plus pouvoir le porter. Bolsonaro a mené une stratégie très bien pensée. Il a vu que ses adversaires principaux affichaient des couleurs rouges pour Lula (…) et a vu l’opportunité à saisir en transformant un symbole national en symbole nationaliste."

Mais à l’image de Juninho qui avait affiché sa joie sur les réseaux sociaux de voir Lula à la tête du pays, Rai peut désormais porter cette tunique fièrement: "Maintenant qu’il a perdu, je vois déjà autour de moi des gens qui se remettent à porter le maillot auriverde (…) Ce n’est qu’une question de temps et d’intelligence, pour que les Brésiliens se réapproprient leur maillot."

JO