RMC Sport

Aubameyang : « J’ai changé de dimension »

Aubameyang

Aubameyang - -

EXCLU. Arrivé cet été en provenance de Saint-Etienne, Pierre-Emerick Aubameyang a parfaitement réussi son intégration au Borussia Dortmund. Après quatre mois dans son nouveau club, l’attaquant international gabonais tire un premier bilan.

Pierre-Emerick, comment se passent vos premiers mois avec votre nouveau club, le Borussia Dortmund ?

Je suis très heureux et très content. Je savoure chaque instant parce que je vis une expérience exceptionnelle.

Vous êtes arrivé dans l'un des deux plus grands clubs allemands du moment, finaliste de la dernière Ligue des champions. Du coup, l'exigence est-elle supérieure à ce que vous avez connu par le passé ?

Bien sûr, je l’ai ressenti tout de suite notamment à l’entrainement où ça va à 100 à l’heure. Ça demande beaucoup d’exigence et d’énergie. J’ai changé de dimension mais ça fait plaisir parce que ça prouve qu’on joue au plus haut niveau. 

Quels sont, justement, les premiers changements qui vous ont sauté aux yeux ?

Déjà le coach, Jürgen Klopp, exige beaucoup plus de rythme et d’intensité. Il faut tout le temps être à fond contrairement en France où il y a peut-être un petit peu moins d’exigence. En tout cas, la différence se fait sur ces points-là entre Saint-Etienne et Dortmund. 

De l'extérieur, Jürgen Klopp peut paraitre sévère. Comment est-il exactement ?

C’est une très bonne personne, très proche de ses joueurs. Sur le terrain, c’est comme s’il était joueur parce qu’il est avec nous à 100%. J’ai l’impression de retrouver Christophe Galtier, mais dans une dimension plus grande. 

Son discours d'avant-match dans le vestiaire est-il particulier ?

C’est un style différent. Il met l’accent sur une récupération du ballon très haute et un jeu rapide. Il nous demande de faire beaucoup d’efforts sur le pressing pour qu’il soit fait le plus haut possible. Une fois le ballon récupéré, nous devons nous projeter vite vers l’avant. C’est le style du Borussia Dortmund…

Un style de jeu qui demande d'être au top physiquement...

C’est clair, il faut être costaud parce que sur chaque action, ça va à 8000 à l’heure. Ça demande beaucoup d’énergie, d’agressivité et de conviction. 

Quand on choisit le Borussia Dortmund, on s'attend à de la concurrence. Vous n'avez pas choisi la facilité...

C’est sûr, oui, mais pour jouer au plus haut niveau, il faut passer par là et il faut se mesurer à la concurrence. Ça fait partie du football et des grands clubs. Mais je pense que c’est une bonne chose pour moi parce que la concurrence est saine et tout se passe bien.

Que restera-t-il de vos années stéphanoises ?

C’est un club qui m’a permis d’être en haut. Je leur devrai toujours ça. Ça a été deux saisons et demi super pour moi. J’y pense encore, c’est sûr. J’ai passé de supers moments là-bas et j’ai gardé des contacts avec les gars et le coach. On a d’ailleurs échangé après le match contre Marseille et je l’ai invité à voir un de nos matches. J’espère qu’il pourra venir. Il y a toujours eu un grand respect entre nous deux. 

Si vous aviez pu, qu'auriez-vous gardé de Saint-Etienne ?

J’aurais bien voulu emmener toute l’équipe avec le coach !… (Rires).

Pourquoi avoir opté pour le Borussia Dortmund plutôt que le PSG, qui vous courtisait également ?

Déjà, leur parcours en Ligue des champions la saison dernière m’a donné envie. Après, ça fait plusieurs années que je regarde les matches du Borussia avec mon père et j’aime beaucoup leur style de jeu. J’ai eu aussi Jürgen Klopp au téléphone avant de venir et ça a beaucoup compté. Je pense que c’est un club qui correspond à mes objectifs et à mes qualités. C’est une très bonne chose pour moi. 

Quand on regarde votre début de saison, 9 matches joués dont 6 comme titulaire avec 5 buts marqués, c'est énorme...

Oui, c’est pas mal même si j’aurais pu mieux faire sur le dernier match de championnat (contre M’Gladbach, ndlr). Mais c’est vrai que c’est positif et puis, avoir déjà marqué 5 buts et fait 2 passes décisives, c’est une bonne chose. C’est vrai que ça se passe bien pour le moment et j’espère que ça va continuer comme ça.

Pensez-vous que Franck Ribéry soit en mesure de décrocher le Ballon d'Or ?

Bien sûr ! Il fait partie de la catégorie des très grands joueurs. Il l’a prouvé en Ligue des champions la saison passée. Il a fait quelque chose d’énorme et il continue sur sa lancée sur ce début de saison. Il fait la différence pour son équipe et il l’a encore démontré avec un but contre Manchester City, la semaine dernière en Ligue des dchampions. Donc bien sûr qu’il a toutes ses chances pour décrocher le Ballon d’Or. 

La Bundesliga se résumera-t-elle cette saison à un duel entre le Borussia et le Bayern ?

Ça va être compliqué, de toute façon. Mais il ne faut pas oublier le Bayern Leverkusen qui est bien présent et qui a envie de se mêler à la course au titre. Je pense que ça se jouera entre ses trois clubs-là. Mais l’avenir nous le dira. 

En Ligue des champions, qui voyez-vous sortir du groupe de la mort que vous partagez avec Marseille, Naples et Arsenal ?

Ca va être très compliqué d’autant plus qu’on a commencé par une défaite, mais on a bien rectifié le tir face à Marseille (victoire 3-0). Après, ça va être serré avec Arsenal qui est en tête de la Premier League en ce moment. Et puis Naples, c’est pareil. Ça prouve bien que le groupe est vraiment compliqué. Après, il ne faut pas oublier l’Olympique de Marseille.

Justement comment avez-vous trouvé les Marseillais ?

Même si nous les avons battus 3-0, j’ai trouvé que dans les intentions de jeu, ils étaient pas mal. Après, c’est sûr, on a des joueurs capables de faire la différence à n’importe quel moment et je pense qu’à domicile, on est vraiment bons. Ca va être difficile cette année de venir nous battre chez nous. 

A lire aussi :
>> Leboeuf tacle l'OM
>> En video : Le but d'Aubameyang avec Dortmund
>> Aubameyang, des débuts explosifs !

La rédaction