RMC Sport

Castellani : « Pourquoi on a mis la FFF en demeure… »

-

- - -

Le président du syndicat des arbitres français déplore le silence de la FFF sur les délais trop long d’indemnisation des arbitres.

Eric Castellani, pourquoi le syndicat des arbitres français (SAFE) a-t-il décidé de mettre en demeure la Fédération Française de Football ?
La saison débutant, on s’est aperçu que les arbitres professionnels ont un décalage important entre les notes de frais de matches qu’ils établissent et le paiement de ces indemnités. Avant, on était remboursé au bout de trois semaines, maintenant il faut en compter sept. Par exemple, les honoraires des arbitres d’août ont été payés finalement au 1er octobre. Il y a eu un protocole, signé en juin 2007, qui stipule qu’à partir de la saison 2009-2010, le mode de rémunération des arbitres allaient changer. La Fédération avait deux ans pour mettre au point un logiciel pour parer à ce changement.

A titre d’exemple, combien a perçu un arbitre central de Ligue 1 pour le mois d’août ?
Ça représente dans les 2000 à 2500 € de frais de déplacement pour trois matchs. L’arbitre touchera ensuite l’indemnité de préparation qui est de 5000 €. Nous sommes dans l’ordre, au total, de 8000 à 10000 € mensuel. Malheureusement, les arbitres sont obligés de piocher dans leurs réserves. Et ce n’est pas normal.

Quel est le but de cette mise en demeure ?
C’est d’avoir des informations que, malheureusement, nous n’avons pas. On veut également avoir la possibilité de sortir au plus vite de ce problème. Et éventuellement de repartir sur un système qui fonctionnait très bien l’an passé. On est en droit d’avoir des informations, de les comprendre et ensuite de soumettre certaines idées.

Que vous répond la FFF ?
Au-delà du retard, on se heurte au mutisme. Nous n’avons aucune information, ni aucune lisibilité par rapport à ce problème. La dernière réunion date du 3 septembre, mais nous n’avons eu aucun calendrier. Et c’est ce qui est choquant car on peut nous expliquer les choses. Nous sommes des adultes. Le monde amateur est aussi confronté à ce décalage. Et eux, pour la plupart sont des jeunes, des étudiants, qui avancent des sommes conséquentes.

La mise en demeure donne huit jours à la Fédération pour payer les sommes dues. Que peut-il se passer ensuite si rien ne bouge ?
Je n’ose pas imaginer que ça ne bouge pas. Je fais confiance à la Fédération. Je pense qu’elle prendra la bonne décision et qu’on aura les réponses concrètes et précises que nous sommes en droit d’attendre depuis des mois.

La rédaction