RMC Sport

Ces Bleuets ne demandent qu’à éclore

Pierre Mankowski

Pierre Mankowski - -

L'équipe de France des Moins de 20 ans dispute la finale du 39ème Festival International Espoirs de Toulon, ce vendredi face à la Colombie. Un bon moyen pour ces jeunes de préparer le prochain Mondial de la catégorie mais également de comprendre l'importance de porter le maillot tricolore.

La relève semble prête. L’équipe de France des Moins de 20 ans s’est qualifiée pour la finale du Festival International Espoirs de Toulon, qu’elle disputera ce vendredi face à la Colombie. Une belle aventure pour des jeunes joueurs qui ont fait connaissance il y a seulement une dizaine de jours, lors du premier regroupement de leur sélection pour préparer la compétition. Pour Pierre Mankowski, en charge de l’équipe pour ce tournoi, c’est une belle surprise : « Ils vivent très bien ensemble. Il y a dix jours, ils ne se connaissaient même pas. Heureusement, le courant est très vite passé entre eux. Pour eux, ce tournoi est une petite aventure. Ils sont à l’écoute et ont envie. »

Et cette bonne ambiance a vite rejailli sur le terrain. Vainqueurs du Mexique (4-1) et de la Chine (4-0) lors des deux premiers matchs de groupe, les jeunes pousses du football tricolore, emmenés notamment par le Lyonnais prêté cette saison à Toulouse, Yannis Tafer, ont ensuite concédé le match nul face à la Hongrie (1-1), avant d’éliminer l’Italie en demi-finale sur le score d’un but à zéro.

Les valeurs du maillot bleu

Mais plus qu’une compétition internationale, ce tournoi est surtout l’occasion de faire comprendre aux joueurs l’importance de porter le maillot bleu, surtout après le sombre épisode de l’affaire des quotas et le souvenir tenace de Knysna. « On leur en parle très souvent. C’est indispensable, glisse Pierre Mankowski. En portant le maillot de l’équipe de France, ils ont une image à respecter et doivent tout donner. Ils sont très réceptifs à ce message. » Une pédagogie aussi utilisée par Francis Smerecki, le sélectionneur national des Moins de 20 ans, qui aura sous ses ordres certains des joueurs présents à Toulon pour la Coupe du monde cet été en Colombie : « On n’a pas attendu les récentes affaires car cela fait cinq ans qu’on leur inculque ces valeurs. C’est aussi une part importante de notre métier. »