RMC Sport

Chants à caractère homophobe: tribune fermée pour Nancy, décision historique

La commission de discipline de la LFP a infligé une lourde sanction à Nancy, à la suite de l'arrêt des rencontre contre Le Mans le 16 août en Ligue 2. La tribune Piantoni du stade Marcel-Picot sera fermée pour un match.

C'est historique: la commission de discipline de la LFP a officiellement sanctionné un club de football professionnel pour des chants à caractère homophobe. Dans un communiqué ce mercredi, cette dernière annonce que l'AS Nancy Lorraine est sanctionnée de la fermeture de la tribune Piantoni pour un match ferme. Le 16 août dernier, c'est durant la rencontre contre Le Mans que la première rencontre avait été arrêtée pour des chants de cette teneur. 

Nancy-Le Mans, un match historique

Dans la foulée de cet arrêt, la Ministre des sports Roxana Maracineanu avait félicité l’arbitre Mehdi Mokhtari pour sa décision. Pour rappel, c'est à la suite d'un match contre le rival FC Metz ("Nous haïssons les Messins, ces ****, ces bons à rien") que le speaker a fait une première annonce. Après cette prise de parole, la tribune ultra de Nancy "FC Saturday" a insulté la LFP ("La Ligue, la Ligue, on t’enc***"). C'est alors que l'arbitre a renvoyé momentanément les joueurs aux vestiaires. 

Des "rappel à l'ordre" pour propos insultants

Dans son communiqué, la commission de la LFP ne s'arrête pas là. Elle note une série de "rappels à l'ordre" pour Marseille (deux fois), Montpellier, Bordeaux, Rennes, le LOSC, Nîmes, Nantes, Reims, Strasbourg, Grenoble, Le Mans, le Paris FC et Chambly pour "propos insultants". Seront donc analysés la teneur des chants descendants des tribunes, tous n'étant pas forcément considérés comme homophobes.

Ces "rappel à l'ordre" pourront en plus tomber sans interruption de match. Reste à savoir au bout de combien de "rappel à l'ordre" une équipe se verra sanctionnée, l'OM en comptant déjà deux. Par ailleurs, l'AC Ajaccio a aussi écopé de la fermeture d'un tribune après la rencontre de la première journée de Ligue 2 contre Le Havre le 26 juillet pour "propos discriminatoires". Ici, ce sont des propos racistes qui sont sanctionnés. 

JR