RMC Sport

Coach Courbis : "J'aurais fait grève aussi !"

Lors du débat sur la manière d'éduquer et de gérer la nouvelle génération de footballeurs, la discussion a basculé sur ce que beaucoup pourraient qualifier "d'origine du mal", à savoir l'épisode de Knysna lors de la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Coach Coubis en a profité pour remettre, à sa manière, les pendules à l'heure...

"Cette histoire de Knysna, il faudra un jour que l’on se mette d’accord parce que j’ai l’impression qu’à force on devient amnésique et que l'on ne se rappelle plus le pourquoi. Parce qu’il y a eu des insultes de Nicolas Anelka par rapport au sélectionneur, la matin, ils se sont réveillés et ils ont dit "bah tiens, on sait pas quoi faire, on va faire grève, et on va pas descendre du bus" ? NON ! Ils réagissent, parce que le problème Anelka n’est pas règlé en interne au lendemain de ces fameux propos. Au lendemain du problème, il n’y a pas de réactions, il n’y a pas de discussions, il n’y a pas de punitions, il n'y a pas de sanctions ! Et 48h après, il y a une première page dans le journal l’Equipe, et c'est à ce moment-là qu'Anelka prend un coup de pied au cul, et il dégage. Si je suis à la place des joueurs à Knysna, je fais pareil, non pas que je fasse grève, mais je proteste. La maladresse, nous sommes d'accord, c’est la grève et le fait de rester dans le bus et de ne pas aller à l’entraînement. Mais quelque soit la génération, que ce soit celle d’aujourd’hui (cette génération paraît-il compliquée avec des looks bizarres etc.) ou celle d''il y a 20 ou 30 ans, si je suis joueur et s'i'l se passait dans notre groupe ce qui s'est passé avec Anelka c'est à dire que notre entraineur ne règle pas le problème d'un coquipier qui dérape et qu'on le règle parce que cela passe dans les journaux, j’aurais fait grève aussi !"