RMC Sport

Corinne Blatter : "Mon père n'a jamais pris d'argent"

EXCLU RMC SPORT. Au lendemain de la démission de son père, Corinne Blatter a accepté de répondre en exclusivité à RMC Sport. Très proche et très liée au futur ex-numéro 1 de la Fifa, la Suissesse défend son bilan et démonte les soupçons de corruption qui pèsent sur lui, elle qui fut sa conseillère lors de la campagne présidentielle victorieuse de 1998.

Dans quel état d'esprit est votre père ?

Il est soulagé. Cela lui va bien. Depuis qu’il a pris la décision, il est beaucoup plus soulagé. Il n’est pas heureux mais il est libre. Ça lui pesait beaucoup car tout le monde l’accusait de je ne sais pas trop quoi, de choses qui ne sont pas vraies. Et ça, ça fait mal. Et puis surtout, les médias n’ont jamais arrêté. Il veut surtout protéger sa famille. C’est ça son problème car ils ont commencé à attaquer sa famille. Et puis là, ça s’arrête. Ce qui se passe dans le foot, il arrive à gérer. Il le fait depuis quarante ans. Mais si on attaque sa famille, ça, ça ne va pas bien.

Selon vous, quelle trace laissera-t-il dans l'histoire du football ?

Il a apporté le foot dans les plus petits coins, le plus petits îles du monde. Dans 209 pays du monde, on joue au foot. Je trouve que c’est un résultat absolument fantastique. Sans lui, on aurait jamais pu faire ça.

Peut-on dire que votre père a dédié sa vie à la Fifa ?

Il l’a consacrée au foot.

Que vous inspirent les soupçons de corruption qui pèsent sur les épaules de votre père ?

Mon père n’a jamais pris de l’argent. Tout l’argent qu’il a gagné, il l’a gagné en travaillant. Lui est un président travailleur. Et c’est ça que beaucoup de gens n’ont pas compris. Il travaille pour son argent. C’est difficile car les gens qui sont accusés, ce sont les gens avec qui il doit travailler. Il ne peut pas les choisir. Ils sont élus par les différents Congrès des Confédérations. C’est lui qui doit travailler avec eux. Alors, il ne peut pas être responsable pour eux.

Sans football, votre père risque-t-il de ressentir un immense vide ?

Pour la Fifa oui, pour lui non. Il a une partenaire qui le soutient, une famille qui le soutient. Et comme cela il pourra vivre sa vie privée.

Jérôme Sillon