RMC Sport

Coronavirus: comment fonctionnera le pass sanitaire pour accéder aux stades

Le président de la République, Emmanuel Macron, souhaite s’appuyer sur le pass sanitaire pour permettre aux spectateurs de revenir dans les stades. Celui-ci permettra d’assurer que le public n'est pas contaminé.

Enfin un vent d’espoir. Jeudi, Emmanuel Macron a annoncé un relâchement progressif des contraintes liées à la crise sanitaire. Cela touchera notamment le monde du sport, à partir du 19 mai avec la réouverture des établissements sportifs de plein air et couverts à 800 spectateurs en intérieur et 1 000 en extérieur.

La jauge devrait augmenter et passer à 5.000 spectateurs dans les établissements sportifs avec présentation du "pass sanitaire", le 9 juin. Dans sa prise de parole auprès de la presse quotidienne régionale, le président en a dévoilé l’utilisation qui permettra de montrer patte blanche avant d’entrer dans une enceinte sportive.

"Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français, explique-t-il en préambule dans Le Parisien. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis. Par contre, dans des lieux où se brassent les foules, comme les stades, festivals, foires ou expositions, il serait absurde de ne pas l’utiliser. Comme il en va de nos libertés publiques, le Parlement se saisira de la question. Le débat doit être ouvert. Ce pass, qui sera papier ou numérique, via l’application TousAntiCovid, permettra de montrer qu’on est vacciné ou testé négatif dans les deux jours qui précèdent. C’est juste et ça ne fracturera pas le pays. Ce sera un outil supplémentaire pour assurer la protection des Français."

La fin des jauges est attendue au 30 juin si la situation sanitaire continue de s’améliorer. Les détails du retour du public dans les stades devraient s’affiner dans les prochaines heures puisqu’une réunion interministérielle est programmée ce vendredi. Elle précèdera la prise de parole de Macron ce vendredi.

NC