RMC Sport

Coronavirus: les clubs chinois vont à leur tour baisser les salaires

Les clubs de football chinois sont sur le point de réduire les salaires des joueurs pour compenser le coût financier lié à la pandémie de coronavirus, imitant plusieurs championnats dans le monde, a annoncé ce jeudi la fédération.

L'eldorado oriental n'y échappe pas. Comme l'ont fait la plupart des grands championnats durant la crise du coronavirus, la Fédération chinoise de football a déclaré qu'à l'issue de discussions menées ce jeudi, les clubs des trois premières divisions vont négocier les conditions d'une réduction "raisonnable" des salaires.

En Europe, plusieurs clubs de premier rang comme le Barça de Lionel Messi, la Juve de Cristiano Ronaldo ou encore le Real Madrid ont déjà mis en place des coupes salariales ces dernières semaines. Les joueurs de la Chinese Super League (CSL), la première division chinoise qui a offert un pont d'or à plusieurs stars étrangères ces dernières années pour se développer, ont donc été fortement poussés à suivre l'exemple.

La Fifa soutiendrait cette démarche

Les réductions de salaires seront appliquées de manière rétroactive à compter du 1er mars et dureront jusqu'au début de la nouvelle saison, mise en suspens jusqu'à fin mai minimum, selon la presse locale. Le début du championnat était initialement prévu le 22 février mais a été reporté en pleine expansion du coronavirus à partir du berceau de l'épidémie, à Wuhan, au centre de la Chine.

"Les clubs de football professionnels et les investisseurs font face à des difficultés opérationnelles", a déclaré la fédération, rapportant de "fortes demandes" des clubs pour une baisse "raisonnable" des salaires face à leur fardeau financier. "L'épidémie a également eu un immense impact sur le développement du football mondial", a ajouté la fédération, qui a dit avoir reçu le soutien de la Fifa dans ses démarches. 

Certains joueurs de la CSL sont parmi les mieux payés au monde, comme le Brésilien Oscar (Shanghai SIPG) qui, selon la presse, gagnerait 30 millions de dollars par an (27,5 millions d'euros). Plusieurs d'entre eux ont d'ores et déjà fait des dons afin de venir en aide au personnel soignant. 

CC avec AFP