RMC Sport

Cabinda, une enclave sous tension

-

- - -

Site hôte du groupe B de la CAN 2010 qui regroupe la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Ghana et le Togo, l’enclave de Cabinda est la proie de violences séparatistes.

La province pétrolifère de Cabinda, enclavée entre la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville, est déchirée par un conflit séparatiste depuis l'indépendance de l'Angola en 1975. En 2006, un accord a bien été signé entre Luanda et le Front de Libération de l’enclave de Cabinda dont l’un des dirigeants historiques, Antonio Bento Bembe, fait depuis partie du gouvernement.

Dans la foulée, une partie des séparatistes a rejeté cet accord et a poursuivi ses actions militaires. En dépit des dénégations du régime, la riche province, en proie à tous les appétits, vit en état de guerre. L’attentat qui a visé ce vendredi la délégation togolaise en est la preuve.

« C’est un ancien groupe mafieux, un peu comme les FARCS en Colombie, précise Pascal Boniface, directeur de l'institut des relations internationales et stratégiques. C’est un peu le renouveau d’un phénomène endormi. Ce n’est pas comme si la Brigade Rouge refaisait parler d’elle mais un petit peu quand même. Ils n’ont pas de base réelle. Là, ils ont fait un coup d’éclat qui fait parler d’eux mais je pense que les Angolais sont assez forts pour les maîtriser. »

La rédaction