RMC Sport

CAN 2019: l'incroyable rédemption de Youcef Belaïli, étincelant avec l'Algérie

A 27 ans, Youcef Belaïli a déjà connu plusieurs vies. Annoncé comme un grand espoir du football algérien, le milieu de terrain était donné perdu pour le haut niveau après une suspension de deux ans pour usage de cocaïne. Trop talentueux pour disparaître, il a remonté la pente pour devenir un homme de base des Fennecs à la CAN.

20 octobre 2015, Youcef Belaïli est sanctionné à quatre ans de suspension par la Confédération africaine de football (CAF) pour avoir été contrôlé positif à la cocaïne. Moins de quatre ans plus tard, qui aurait cru que le joueur mettrait l’Algérie sur de bons rails pour se qualifier en quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations ? Assurément personne. Et pourtant…

Des traces de cocaïne dans son urine

En pleine ascension après avoir été élu meilleur joueur de l’ES Tunis lors de la saison 2012-2013, Youcef Belaïli attise les convoitises. L’Europe lui fait les yeux doux. Il privilégie un retour dans son pays à l’USM Alger en 2014. Considéré comme une star, le meneur de jeu régale dans la lumière. En mars 2015, Christian Gourcuff, lui offre sa première sélection avec les Verts. Alors que tout va pour le mieux, tout s’effondre à l’été 2015.

Par deux fois, il est contrôlé positif à la cocaïne. Conséquence directe: quatre ans de suspension par la CAF et un contrat résilié. Pour sa défense, le prodige reconnait avoir fumé de la chicha mais que tout autre substance avait été prise à l’insu de son plein gré. Le tribunal du sport reconnait sa bonne foi et réduit sa suspension à deux ans. Malgré cette réduction, son avenir dans le football professionnel semble être une utopie. 

Angers lui tend la main sans succès

A la surprise générale, un club tente le pari de relancer Youcef Belaïli deux ans plus tard. Angers, par l'intermédiaire de son président, l'Algérien Saïd Chabane, lui propose un contrat en 2017. "On l'a choisi les yeux fermés. On a tous droit à une seconde chance dans la vie et on est heureux de lui tendre la main. Tout le monde fait des bêtises, même vous, même moi", déclare l'homme fort angevin pour justifier le risque pris.

Le milieu de terrain évolue dans un premier temps avec l'équipe réserve pour retrouver du rythme. Six mois plus tard, Stéphane Moulin ne lui accorde toujours pas sa confiance. Impatient, Belaïli décide de plier bagage sans prévenir. L'expérience tourne au fiasco. 

Renaissance à l'Espérance de Tunis

Comme c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures, le joueur fantasque retourne où il a vécu sa meilleure période, à l'ES Tunis. Petit à petit, Youcef Belaïli retrouve des couleurs. Pour la première fois depuis sa suspension, il refait parler de lui pour ses prestations sur le terrain et pas pour ses frasques en-dehors. En 2018, son palmarès s'étoffe avec un titre de champion de Tunisie et un autre de champion d'Afrique. Bis repetita, nouveau doublé en 2019. Ses performances ne passent pas inaperçues dans un pays où son talent est unanimement reconnu. Cette fois, c'est la bonne. Le phœnix renaît de ses cendres. 

La confiance accordée par Djamel Belmadi

Le sélectionneur de l'Algérie ne s'en est jamais caché, il croit énormément au potentiel de Belaïli. Le 18 novembre dernier, il aligne sa pépite pour un match décisif pour la qualification à la CAN contre le Togo. Il s'agit de la première titularisation du joueur avec l'Algérie. Auteur d'un excellent match (victoire 4-1), le virevoltant milieu répond positivement à la pression. Depuis, Djamel Belmadi en fait un titulaire indiscutable, au point de mettre Yacine Brahimi sur le banc.

Si ce choix peut paraître étonnant aux yeux des observateurs européens, le terrain donne raison à l'homme fort des Fennecs. Depuis le début de la compétition, Youcef Belaïli est sur un nuage. Sa vitesse, sa hargne et sa technique font des ravages. Sa complicité avec Baghdad Bounedhaj est évidente. Malgré la présence d'un joueur de la trempe de Riyad Mahrez, c'est bien lui qui est l'accélérateur de particules des Verts. Ce jeudi, tout un pays compte sur lui pour faire la différence en quart de finale contre la Côte d'Ivoire. Un statut enfin à la hauteur de son talent.

Mehdi Elouar