RMC Sport

Le Guen ne fait plus l’unanimité

Le sélectionneur des Lions est dans le collimateur de la presse camerounaise. Mais les joueurs et les supporters continuent à croire en lui

Le sélectionneur des Lions est dans le collimateur de la presse camerounaise. Mais les joueurs et les supporters continuent à croire en lui - -

Jeudi, le Cameroun jouera sa qualification pour les quarts de finale de la CAN face à la Tunisie (17 heures). Soutenu par ses joueurs et le public, le sélectionneur des Lions est sous le feu des critiques des médias locaux.

Deux matches. Deux prestations décevantes… et voilà comment entamer lentement mais sûrement un superbe crédit accumulé après quelques mois de fonction. Véritable héros national après la qualification mal embarquée du Cameroun pour la Coupe du monde 2010, Paul Le Guen cristallise désormais autour de lui bon nombre de critiques et d’interrogations. « Au début, on le percevait comme le Messie, confirme Hermann Oswald G’Nowa, rédacteur pour le site internet Camer Sport. Mais depuis la CAN, il semble afficher certaines limites. »

La CAN ! Le mot est lâché. Cette Coupe d’Afrique des Nations, si importante aux yeux du peuple camerounais et de son Ministre des Sports, Michel Zoa, qui parlait, début janvier, de la gagner… Le technicien breton, lui, n’avait fixé aucun objectif la concernant. « Il a sous-estimé la compétition et c’est peut-être trop focalisé sur la Coupe du monde », affirme G’Nowa. L’entrée en lice complètement ratée de ses joueurs face au Gabon (0-1) a écorné l’image du Français. Et la victoire étriquée obtenue dimanche dernier face à la Zambie (3-2) n’a convaincu personne.

« Paul Le Guen était venu avec un projet, poursuit le journaliste. On en est loin. Sur ces deux matches, le Cameroun n’a pas été au niveau. On a des individualités mais notre jeu collectif est absent. Il faut dire aussi que Le Guen n’a pas eu beaucoup de temps pour bien préparer son équipe. » Un petit tacle adressé à l’emploi du temps du sélectionneur à qui l’on reproche son poste de consultant pour Canal+. « Il nous donne parfois l’impression d’être un entraîneur à temps partiel. »

Eto’o le soutient bec et ongle

Autre grief à l’encontre de l’ancien guide du PSG, ses choix de joueurs pour la CAN. La non-sélection du défenseur de Tottenham Sébastien Bassong, laissé de côté au profit de l’emblématique Rigobert Song, a été mal perçue par les médias camerounais. Et les performances, jusque-là, du pilier de Trabzonspor ne plaident pas en faveur du Breton. « Pour justifier l’absence de Bassong, Le Guen a déclaré qu’il n’était pas assez compétitif, reprend G'Nowa. Il n’a pas assez insisté pour convaincre David N’Gog et a finalement retenu Idrissou. Enfin, il a mal géré le cas de Benoît Assou-Ekotto, sélectionné puis finalement forfait pour la compétition. Au lieu de se retrouver avec 23 Lions, on n’en compte aujourd’hui que 22, voire 21 et demi... »

La presse camerounaise n’est pas tendre avec celui qu’elle érigeait il y a peu au rang de sauveur. Reste que Le Guen ne manque pas de soutiens. Son capitaine, Samuel Eto’o lui attribue une grosse part dans le succès des Lions contre la Zambie « A la mi-temps du match, le coach a eu le discours qu’il fallait, confie le buteur de l’Inter Milan. Quand on a attaqué la seconde période, notre état d’esprit avait changé. J’ai su alors qu’on allait faire quelque chose de bien. »

Et les chauds supporters des Lions alors ? « Paul Le Guen a apporté beaucoup de choses à cette équipe, avance Joseph, fan venu de Douala. Notamment de la discipline. Lorsque celle-ci est intégrée au quotidien d’une équipe, les chances de victoire augmentent. Sur les plans techniques et physiques, nous n’avons rien à lui reprocher. Les joueurs sont contents de lui et nous le supportons. » Envers et contre tous donc. Et tant pis pour la presse.

A.D. avec J.S. (RMC Sport)