RMC Sport

Le Petit Poucet à l’assaut des Eléphants

Gervinho et Didier Drogba

Gervinho et Didier Drogba - -

La Coupe d’Afrique des nations livre son épilogue, ce dimanche soir à Libreville (20h30). La Côte d’Ivoire de Didier Drogba, grande favorite du tournoi, affronte une surprenante Zambie, en quête d’exploit et d’hommage.

L’affiche a de quoi surprendre. Si la Côte d’Ivoire figurait d’emblée parmi les favoris du tournoi, peu de parieurs auraient misé sur une place des Zambiens en finale de la CAN. Modeste nation de football, dénuée de véritable star, la Zambie s’apprête pourtant à disputer sa troisième finale de Coupe d’Afrique des nations (après 1974 et 1994), soit une de plus que son imposant adversaire du jour. Elle n’en conserve pas moins son costume de petit poucet s’apprêtant à défier à un mastodonte.

Largement favoris, les Ivoiriens et leur pléiade de joueurs évoluant en Premier League se méfient pourtant des Chipolopolo, tombeurs du Sénégal en ouverture, puis du Ghana en demi-finale, et portés par leur envie de rendre hommage à l’équipe nationale de 1993 dans un crash d’avion à Libreville au Gabon, ville qui accueille la finale de cette édition 2012. « Nous avons beaucoup de respect pour cette équipe de Zambie, pour ce qu’ils ont fait après le malheur qui leur est arrivé, je pense que c’est de l’énergie positive qu’ils vont aller chercher. Ils savent qu’au fond d’eux-mêmes, ils ont une force qui leur vient de quelque part. Ils ne sont pas en finale par hasard et c’est une équipe qui a su traverser les drames (voir encadré ci-dessous) », reconnait Gervinho.

Une opportunité rêvée pour la Côte d’Ivoire

Pour espérer dompter ces Eléphants, Hervé Renard mise avant tout sur la force collective et mentale de son équipe, en espérant un exploit d’un de ses joueurs phares, méconnus du grand public à l’image du gardien Kennedy Mweene, héroïque face aux Ghanéens, le milieu Rainford Kalaba (passé par l’OGC Nice), Christopher Katongo ou l’attaquant Emmanuel Mayuka, buteur en demi-finale.

Critiquée depuis le début du tournoi pour son jeu peu spectaculaire basé sur la solidité de sa défense (aucun but encaissé dans cette CAN)) malgré ses atouts offensifs de premier choix (Gervinho, Kalou, Doumbia…), la Côte d’Ivoire a l’occasion rêvée d’offrir à ses supporters un trophée qui lui échappe depuis 1992, et qui symboliserait l’avènement d’une génération exceptionnelle révélée dans les années 2000. Celle que symbolisent les frères Touré, Didier Drogba ou Gervinho. « Je suis très conscient de l’attente de la Côte d’Ivoire au niveau de cette finale, confie Gervinho. Mes coéquipiers aussi, et je pense que c’est le meilleur cadeau que je pourrais offrir à mon pays. Cette Coupe d’Afrique, nous en avons besoin. »

Pour Salomon Kalou, une victoire offrirait un peu de bonheur à une nation toujours marquée par les récents évènements qui l’ont endeuillée. « Notre pays a traversé des moments difficiles et je pense que cela aide aussi à nous motiver, souligne-t-il. Nous voulons gagner pour le gens qui souffrent depuis si longtemps ». Quelles que soient leurs motivations à gagner, ce soir, Zambiens et Ivoiriens, Petit Poucet et Eléphants, auront surtout gros à perdre.

Le titre de l'encadré ici

Le devoir de mémoire de Renard |||

Hervé Renard, sélectionneur français de la Zambie, sait que cette finale est une occasion en or pour rendre hommage aux victimes de la catastrophe survenue il y a19 ans. « Cela peut paraitre bizarre mais quand nous avons débuté notre préparation, nous voulions être présents au Gabon car c’était notre seule possibilité, le 12 février 2012, d’honorer leur mémoire, souligne le technicien français. Maintenant, ce serait un plus grand jour si on gagnait cette finale ». Un match pour lequel son équipe ne sera à nouveau pas favorite, mais au cours duquel tout peut arriver. Surtout le meilleur.