RMC Sport

Meghni : « Si on sort l’Egypte, rien ne pourra nous arrêter »

-

- - -

Avant de retrouver les Pharaons ce soir (20h30) à Benguela pour une demi-finale qui s’annonce passionnante, le meneur de jeu de l’Algérie évoque ses espoirs et ses ambitions.

Mourad Meghni, l’Egypte est impressionnante collectivement depuis le début de la CAN. Êtes-vous capable de les battre ?
Ils font un très beau parcours. Mais face à nous, ce sera un autre match. On les a déjà battus. Dans leurs têtes, ce sera différent. En plus, on est vraiment monté en puissance jusqu’à maintenant. Ça risque de donner un très beau match.

Après un début difficile et cette défaite contre le Malawi (0-3), les doutes algériens se sont peu à peu dissipés…
On a connu des difficultés au début, mais l’équipe commence à développer un football assez fluide. On est ensemble depuis un mois et on enchaîne les matches. Ça nous aide sur le terrain. On a le temps de travailler et de trouver des automatismes. Contre le Malawi (0-3), les conditions étaient très difficiles. Il régnait une chaleur assez incroyable. C’est vraiment contre le Mali (1-0) qu’on a débuté notre CAN. On a commencé à développer un bon football et une identité. Ensuite, on a bien joué contre l’Angola (0-0) et fait un très beau match contre la Côte d’Ivoire (3-2).

Êtes-vous suffisamment fort pour aller au bout ?
Si on parvient à aller en finale, rien ne pourra nous arrêter. Je n’aime pas parler à l’avance, mais si on sort l’Egypte, on a le potentiel pour remporter cette CAN.

Vous retrouvez l’Egypte deux mois après le caillassage de votre bus au Caire. Êtes-vous inquiet ?
Pas tant que ça. Comme on joue en Angola, je ne sais pas s’il y aura beaucoup de supporters. Il est préférable que le match ne se déroule ni à Alger, ni au Caire. J’espère que ça se passera bien.

Les relations diplomatiques entre l’Egypte et l’Algérie ont été un peu tendues ces derniers temps. Certains dirigeants ont même lancé un appel au calme…
Nous, on n’a rien à voir là-dedans. J’espère que ça se calmera réellement au niveau des fédérations et au niveau politique. Ce sont les supporters qui m’inquiètent le plus. Mais entre les fédérations ou entre les joueurs, il n’y aura pas de problème.

Qu’avez-vous envie de dire à vos supporters ?
Je les remercie d’être toujours derrière nous. On va donner le maximum pour aller en finale et leur procurer encore de la joie.

Avez-vous de la rancune ?
Je sais que tous les Egyptiens ne sont pas comme ça. Personnellement, je reste un peu rancunier par rapport à ce qui s’est passé. C’est quand même très grave. Mais je laisse aussi parler la raison. Il y a des gens biens, d’autres mauvais. Le monde est comme ça.

La rédaction