RMC Sport

Chambéry, la revanche des déclassés

Le SCO de Chambéry prêt pour un nouvel exploit face à Sochaux mercredi (14h15)

Le SCO de Chambéry prêt pour un nouvel exploit face à Sochaux mercredi (14h15) - -

Tombeur de Monaco et de Brest, le petit club savoyard de CFA2 accueille Sochaux, mercredi (14h15), en 8e de finale de Coupe de France. L’occasion pour ce groupe, où évoluent plusieurs joueurs ayant quitté l’élite, de signer un nouvel exploit.

C’est plus qu’une belle histoire de Coupe de France. C’est l’épopée d’un groupe de mecs, d’anciens pros, « tombés » dans l’anonymat du Championnat de France amateur, et qui crèvent à nouveau l’écran le temps d’un tour de Coupe. L’équipe du SO Chambéry (CFA2) a éliminé Monaco (1-1, 3-2 tab), en 32e de finale, et Brest (1-1, 4-3 tab) au tour suivant. Mercredi, dans leur stade municipal, les Chambériens recevront en 8e de finale un autre pensionnaire de Ligue 1, Sochaux. « On a 10% de chance, annonce, plein de lucidité, l’entraîneur David Guion (43 ans). L’étau se resserre, maintenant ça tient du miracle, mais le très peu de chance que l’on a on va l’exploiter à fond. »
Pour se faire, l’ancien adjoint de Laurent Roussey (2007-2008), passé par le centre de formation des Verts, et ex-joueur de Lille, Sedan, Angers, Mulhouse et le Red Star, peut compter sur un groupe composé d’amateurs et d’éléments plus chevronnés. L’équipe du SOC compte six joueurs sous contrat fédéral : Jonathan Perez (23 ans, ex-Troyes), Stéphane Hernandez (31 ans, ex-Saint-Etienne), Stéphane Roux (25 ans), Romain Miguet (20 ans), Romain Nantas (19, formé à Lyon et Strasbourg), Rémy Sahimonic (26 ans). Certains, à l’image de l’attaquant sénégalais Malick Faye (23 ans, ex-Saint-Etienne), buteur contre Brest, sont au chômage. D’autres, enfin, et les plus nombreux ont le statut d’amateur.
Véritable cheville ouvrière de ce projet de reclassement d’anciens ou jeunes pros, Guion s’explique. « J’ai fait venir certains joueurs avec la promesse qu’ils pourraient partir même en cours de saison si un club se manifestait pour eux. » Le technicien des Savoyards se félicite des répercussions que peuvent avoir les performances du SOC sur son groupe. « Ça donne une grande exposition pour mes joueurs, ça favorise leur épanouissement, je sens du bonheur au club, ça me rend fier. » « Je me sens comme un petit pro », confirme le gardien Guillaume Bemenou.

« Ce sont des hommes magnifiques »

Loin du rythme des amateurs, les Chambériens s’entraînent quatre (voire cinq) fois par semaine. Une charge de travail qui permet de s’ajuster aux exigences de la Coupe de France, même si la multiplication des matches complique la situation du SOC en Championnat. « On a trois matches de retard, on a joué samedi (1-1 contre Saint-Marcel), et on est 7e de notre groupe (à 10 points du 2e, Valence, sachant que l’objectif de début de saison est la montée en CFA) », constate l’entraîneur. Malgré tout, Bemenou se plaît à rêver d’une nouvelle surprise samedi face à Sochaux. « Ce serait presque un goût d’inachevé si on ne continuait pas... » « Ce sont des hommes magnifiques », lâche, plein d’admiration, l’entraîneur des gardiens, Olivier Dély, ancien joueur et membre du club depuis trente ans.
A défaut d’avoir des certitudes, Guion va encore une fois faire profiter ses joueurs de son expérience passée dans l’élite. « Je sais que les professionnels appréhendent le contexte amateur, les tribunes, le terrain, ils ne sont pas dans le même cocon qu’en L1, c’est des atouts pour nous… »

Louis Chenaille (avec E.J à Chambéry)