RMC Sport

Coupe de France : Dabrowski, la botte secrète d’Arras

Coupe de France

Coupe de France - -

L’entraineur d’Arras a déjà affronté le PSG en 1994 alors qu’il jouait sous le maillot d’Avion. Une expérience qu’il entend utiliser dimanche à Calais contre l’armada d’Ancelotti, en 32e de finale de Coupe de France.

Arras ne partira pas complètement dans l’inconnu. Face aux Galactiques de la capitale, les amateurs de CFA2 s’appuieront sur l’expérience de leur entraîneur, Reynald Dabrowski. Le coach a déjà affronté Paris. C’était le 12 février 1994, déjà en 32e de finale, quand les clubs pro font leur entrée dans la compétition, mais sous les couleurs d’Avion (DH). Au stade Bollaert, le petit poucet ouvre la marque avant de plier logiquement devant la force de frappe des hommes d’Artur Jorge (1-4). « C’était du grand Paris, le Paris de Weah, Ricardo, Raï, Bravo, Lama, Colleter… C’était l’équivalent d’aujourd’hui », se souvient Dabrowski.

Supérieurs sur la pelouse, les Parisiens se montrent princiers après-match. Artur Jorge ouvre son vestiaire aux Nordistes, et demande à ses joueurs de donner tout ce qu’ils ont. L’un des membres d’Avion repartira ainsi avec les chaussures de George Weah… « Je n’oublierai jamais ces moments, raconte le coach. Le lendemain du match, les gens sont venus nous voir, ils nous remerciaient pour notre parcours. On leur avait offert du rêve. » Pour le choc contre Paris dimanche (20h45), le stade Degouve n’ayant pas reçu l’homologation, Arras avait demandé de joueur à Bollaert. La FFF a décidé que ça se passerait à Calais. Une enceinte qui remplira ses 12 000 places. « Le soutien populaire peut nous transcender », espère Dabrowski.

« Mon vécu va peut-être nous servir »

Mais c’est aussi grâce à son expérience de 1994 que le technicien espère accroitre les chances d’un exploit ce week-end dans le pays d’Artois. « Mon vécu va peut-être nous servir dans l’approche du match. » Il en faudra, tellement Arras (11e de CFA2) vit dans un état second depuis le tirage au sort. Certains joueurs avaient accueilli la nouvelle en tombant à genou. « Menez est suspendu, c’est un petit plus », glisse Dabrowski. Les déclarations d’Ancelotti, faisant penser qu’Ibrahimovic sera ménagé, aussi. Même si tous les joueurs arrageois rêvent dans un coin de leur tête de défier le géant Suédois.