RMC Sport

Coupe de France : L’OM plein gaz !

-

- - -

S’il veut s’offrir un choc face au PSG en huitième de finale de la Coupe de France, l’OM doit s’imposer mercredi soir à Rouen lors d’une rencontre reportée il y a une semaine en raison d’une fuite de gaz dans une usine chimique de la ville normande.

La semaine des Marseillais auraient dû être paisible. En tout cas côté terrain. Ce ne sera pas le cas. Entre un match nul frustrant à Rennes (2-2) et la réception de Nancy, dimanche soir au Stade-Vélodrome, les joueurs d’Elie Baup doivent se rendre à Rouen pour la deuxième fois en huit jours pour y disputer un 16e de finale de Coupe de France (20h50). « On a déjà fait un voyage pour rien », rappelle en soupirant le coach marseillais.
Reporté en raison d’une importante fuite de gaz dans à l'usine chimique Lubrizol, le match aura néanmoins une toute saveur, mercredi soir au stade Robert-Diochon (20h50). Car depuis jeudi dernier, on connaît le nom du futur adversaire du vainqueur de la rencontre. Et évidemment, la perspective d’affronter le PSG en huitième de finale ne laisse pas les Marseillais indifférents. « On ne peut qu’être motivé à 200%, admet Morgan Amalfitano. Le fait de rencontrer le PSG doit nous sublimer. »

Morel forfait

Mais avant un possible troisième choc cette saison, les Olympiens doivent éviter le ridicule contre Rouen, actuel dixième de National. « Eviter le ridicule », l’expression agace quelque peu Elie Baup, qui prend très au sérieux son adversaire. « Il faut respecter Ajaccio (sorti par Rouen en 32e de finale) et toutes les équipes qui ont été éliminées par une formation de National, assure le technicien de l’OM. C’est la Coupe de France. On sait qu’il n’est pas évident de gagner ce genre de match. »
Morgan Amalfitano, passeur samedi à Rennes, estime que « c’est un bon match à jouer ». « Il faut avancer et, pourquoi pas, aller au bout, enchaîne celui qui pourrait faire ses valises lors des derniers jours du mercato. Cela permet aussi d’engranger de la confiance. » Privé de Jérémy Morel (forfait) et, peut-être, d’André-Pierre Gignac (malade) et André Ayew (cheville), l’OM ne veut pas manquer son pari.

Le titre de l'encadré ici

Rouen comme Quevilly ?|||

Avant de défier Marseille, l’entraîneur de Rouen, Didier Ollé-Nicolle, est lucide quant aux capacités de ses joueurs de créer un exploit. « On ne va pas tout révolutionner, ni courir plus vite parce que c’est l’OM », explique-t-il. Mais il mise sur l’ambiance surchauffée du stade Robert-Diochon pour faire douter les joueurs d’Elie Baup. « Dès qu’on a tiré l’OM, en deux jours, le stade était plein, remarque Ollé-Nicole. Certains ont fait la queue toute la nuit pour avoir une place. On a senti un vrai engouement. On sent que quelque chose se passe. » Comme Quevilly, le voisin finaliste de la Coupe de France la saison passée et tombeur de… l’OM en quart de finale (3-2 a.p.), Rouen rêve de créer la sensation, même si le technicien normand refuse le jeu des comparaisons : « On reste concentré sur nous-mêmes. »

Aurélien Brossier avec YP