RMC Sport

Coupe de France: un club de N3 reverse une partie de sa dotation à des associations

Après sa qualification pour le septième tour de la Coupe de France, le club de National 3, Plouzané AC, a décidé de reverser ses gains pour des associations qui soutiennent les étudiants et les hôpitaux, dans ce contexte de crise sanitaire.

La Coupe de France est toujours le lieu de belles histoires. Ce week-end, c’est le Plouzané AC, un club Breton de National 3 qui est à l’origine d’une belle action après leur victoire face au CS Brégard (3-0), dimanche dernier. Qualifié pour le septième tour de la Coupe de France, le club est assuré de toucher une somme de 7.500 euros. Une partie de la somme sera alors redistribuée à "deux associations locales", comme l’a indiqué le club breton qui a pris cette décision solidaire d’un commun accord avec les joueurs et l’ensemble des administrateurs.

Cette somme sera destinée à remettre des denrées achetées par le club amateur, à une association qui "a pour objectif d’apporter son soutien aux étudiants en situation de précarité financière". Plouzané AC, profite aussi de cette occasion pour soutenir un projet porté par une association de soutien aux enfants hospitalisés de l’hôpital Morvan à Brest.

>> Le sport face au coronavirus, le sport en direct

Plouzané AC continuera de reverser la dotation en cas de victoire

Le club de National 3 a tenu à rappeler dans son communiqué, que "le 'restart' de la Coupe de France à l’heure où certains sont interdits de travailler, ou d’autres sont sur la brèche depuis des mois, le personnel soignant en particulier, n’a pas manqué d’en étonner plus d’un", a-t-il indiqué pour justifier son action solidaire.

Une belle initiative que Plouzané rééditera si l’aventure en Coupe de France venait à se poursuivre en cas de victoire face à Guichen lors du 7e tour le week-end prochain. Depuis ces dernières semaines, les clubs amateurs encore engagés dans la Coupe de France vivent une situation difficile dans ce contexte de crise sanitaire. Un élan de solidarité qui se retrouve de l’autre côté de la France, comme ces quatre clubs du Pays de la Loire qui ont décidé de se partager cette même dotation afin de faire face aux contraintes qu’impose le protocole sanitaire.

ALR