RMC Sport

Diabaté, l’homme de la Coupe de France

Cheick Diabaté

Cheick Diabaté - -

Il est arrivé sur la pointe des pieds mais a fini par qualifier Bordeaux en finale de la Coupe de France. Cheick Diabaté, porte-bonheur malien des Girondins, n’a jamais baissé les bras, et se montre plus motivé que jamais pour brandir le trophée, ce soir face à Evian.

Leur finale de la Coupe de France, c’est à lui que les Girondins la doivent. Lui, c’est Cheick Diabaté, celui qui s’est discrètement infiltré dans le club bordelais alors que Gouffran et Jussié quittaient le navire au mercato d’hiver. Un nouvel arrivant qui était loin de faire l’unanimité, lui qui est revenu blessé au genou de la CAN en janvier. « Dans le foot, il y a de bons moments, d’autres moins bons, comme dans la vie, philosophe l’attaquant malien de 25 ans. Quand ça arrive, je ne me prends pas la tête, je joue mon football. »

Posé et imperturbable, le néo-Girondin n’a jamais douté de ses capacités. « Je ne baisse jamais les bras, affirme Diabaté. Je suis costaud mentalement, et j’ai un caractère qui fait que, si je vois qu’on ne me fait pas confiance, moi je me fais confiance ! » Et à force de travail, l’attaquant a prouvé qu’il méritait amplement sa place parmi les Marine et Blanc. « C’est un joueur qui était un peu pris en grippe lors de ses débuts, parce qu’il était peut-être un peu maladroit, admet Trémoulinas. Mais aujourd’hui, il a fait taire tous les ‘sceptiques Diabaté’. C’est un joueur majeur de l’équipe, il la porte vers le haut. »

« C’était le moment d’aller en finale, et de la gagner »

« Je m’entraîne bien, je me dis que c’est pour que je progresse. Comme on dit, c’est le travail qui paye. » Et le travail de l’attaquant s’est achevé en beauté avec 16 buts toutes compétitions confondues, dont 8 lors des 8 derniers matches, et une qualification pour la Coupe de France. En 8es de finale, fin février à Raon l’Etape (CAF), c’est même lui qui égalise à quelques minutes de la fin de la prolongation (2-2), et permet aux Girondins de s’imposer aux tirs au but. « Bordeaux n’avait pas eu la chance d’aller en finale depuis un moment, explique Diabaté. Je me suis dit : ‘On a une chance d’aller en finale’ ».

« Aujourd’hui, il ne faut pas avoir peur de le dire : c’est lui qui nous fait gagner des matches », affirme Trémoulinas. Francis Gillot, qui avait été plus ou moins contraint de confier les clés de l’attaque girondine à Diabaté (blessures de Rolan, ‘méforme’ de Bellion), acquiesce : « Depuis une dizaine de matches, il nous fait énormément de bien. On aurait aimé l’avoir pour toute la deuxième partie de la saison. Il s’est amélioré techniquement, il est très bon dans la surface, sur les ballons aériens… ».

Deux buts dimanche dernier face à… Evian

Au fil des semaines, Cheick Diabaté s’est donc imposé comme un élément indispensable du club au scapulaire, et compte bien le prouver encore contre Evian. Dimanche dernier en championnat face à… Evian Thonon Gaillard, le buteur a d’ailleurs eu l’occasion d’offrir la meilleure des bandes-annonces à cette finale de Coupe de France en administrant aux Hauts-Savoyards les deux buts de la victoire.

Gonflé à bloc, le porte-bonheur Girondin ne doute de rien, et surtout pas de lui-même. « C’était le moment ou jamais pour aller en finale, et pour la gagner. On doit la gagner, parce qu’on mérite d’avoir quelque chose cette année. »

A lire aussi :

>> Saivet, Girondin jusqu'au bout des crampons

>> Bordeaux - Evian TG pour nuit d'ivresse ?

>> Bordeaux - Obraniak : "Gagner cette finale"

Mathilde Effosse, avec Olivier Schwarz