RMC Sport

Et à la fin, c’est Debuchy qui gagne

Grégoire Debuchy, le frère aîné de Mathieu

Grégoire Debuchy, le frère aîné de Mathieu - -

A gauche, Mathieu, joueur-clef de Lille, leader de L1. A droite, Grégoire, trois entraînements par semaine avec Wasquehal, en CFA2. Les deux frangins seront face à face ce dimanche (17h30) au Stadium Nord en 16e de finale pour un derby brûlant.

Dimanche, c’est réunion de famille. Ce devait être autour d’une grande tablée, avec des grappes d’enfants qui courent dans le jardin pendant que les adultes prennent l’apéro. Pour Mathieu et Grégoire, il faudra attendre le début de soirée avant de partager une coupe de champagne. L’un sera vainqueur, l’autre vaincu. C’est bien la seule nouvelle qui gâchera un tout petit peu la fête que la fratrie va vivre au Stadium Nord en fin d’après-midi.

L’aîné, c’est Grégoire, 27 ans, travailleur social à Liévin. Le cadet a déjà été international, est leader de L1 et grand favori de la cruelle opposition. Ils n’ont d’ailleurs pas accueilli la nouvelle avec le même enthousiasme. Mathieu était un peu déçu, Grégoire « super-content. Je n’ai pas pensé à Wasquehal-Lille, j’ai pensé à mon frère tout de suite. C’est la première fois qu’on se rencontre. Ça va être quelque chose de fantastique pour nous, nos amis, notre famille. » Même si les deux clubs échangent ces dernières semaines des communiqués d’une rare virulence. Le paternel, Jean-Pascal, poursuit : « C’est un grand bonheur pour nous. On les a vus débuter ensemble, à Fretin puis au Losc. » Grégoire ne dépassera pas la CFA et a rejoint Wasquehal en CFA2, sans la moindre once de jalousie pour la réussite de son frère : « Mon travail me permet de rester détaché. Mes rêves, je les vis grâce à Mathieu. »

Au nombre d’enfants, Mathieu mène 3-2 face à Grégoire

Son heure de gloire, il l’a vécue en 32e de finale il y a deux semaines, en inscrivant un but décisif face à Auxerre. Mais son quotidien est moins rose que celui du Dogue : « Lui aussi était à Lille, avait des ambitions. Mais il n’y a aucune jalousie entre nous. Il vit bien sa vie », assure Mathieu, qui mène aussi au nombre d’enfants : 3-2 ! Mais leurs parcours, à part sur les pelouses de foot, sont furieusement parallèles : « On a eu nos enfants, on a rencontré nos femmes au même moment. Tout nous rassemble aujourd’hui », assure l’aîné qui, à 11 ans, évoluait aux côtés d’un certain Franck Ribéry.

Aussi « complices » ou « fusionnels » qu’ils soient, eux qui vivent encore à cinq minutes l’un de l’autre, leurs courses ne devraient pas se croiser dimanche, les deux joueurs poussant le mimétisme jusqu’à évoluer dans le même couloir droit. Mais, juré, toute la famille se réunira après le match pour célébrer le vainqueur et consoler le vaincu avec le même amour. Le mot de la fin au papa, qui ne voit pas comment ça pourrait mal se passer : « Il y aura un Debuchy en 1/8e de finale, c’est ça mon pronostic. »

S.B.