RMC Sport

L’OM dans la douleur

-

- - -

Mené 1-0 par Le Havre, Marseille a dû attendre la prolongation (3-1) pour décrocher ce dimanche son billet pour les 8e de finale de la Coupe de France. Au prochain tour, l’OM affrontera Bourg-Péronnas (CFA). Peut-être sans Mbia, sorti sur blessure.

L’OM peut dire merci à Morgan Amalfitano. Auteur d’une frappe sublime dans la prolongation (104e), l’ancien joueur de Lorient a renversé la vapeur. Son but a mis son équipe sur les bons rails pour décrocher un billet pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Dans un Stade-Vélodrome qui sonnait creux, Marseille a pourtant bien failli se faire surprendre par Le Havre, 9e de Ligue 2. Après avoir été longtemps menés par les Normands (1-0, but de Mendes), les Phocéens, dans un mauvais soir, ont finalement renversé la vapeur (3-1) grâce à Brandao (64e), Amalfitano (104e) et Rémy (121e). En 8e de finale, ils affronteront les amateurs de Bourg-Péronnas (CFA), en espérant rencontrer moins de difficultés. Il semble bien, d’ailleurs, que les Marseillais avaient déjà la tête au prochain tour au coup d’envoi.

Mbia touché à la cuisse

Les joueurs de Didier Deschamps se font en tout cas piéger d’entrée. Sur un contre havrais, Mendes prend le dessus sur Azpilicueta et ne laisse aucune chance à Mandanda qui encaisse son premier but de l’année 2012 (5e, 0-1). Malgré de nombreuses tentatives, les Marseillais butent longtemps sur le mur normand, Placide, le gardien havrais, réalisant des prouesses. Etrangement, ce sont mêmes les pensionnaires de Ligue 2 qui se montrent les plus dangereux. Bonnet, sur une frappe lumineuse, permet à Mandanda de réaliser une somptueuse claquette (63e). Mais sur un service d’Amalfitano, Brandao, titulaire pour la première fois, profite d’une sortie manquée de Placide, pour signer, de la tête, son come-back à Marseille (1-1, 64e). Mais le sourire de Deschamps est vite remplacé par une grimace après la sortie sur blessure de Stéphane Mbia, touché à la cuisse (72e). Dans la foulée, Mendes lui donne encore des sueurs froides, mais Mandanda, impérial, s’interpose une nouvelle fois (77e). Durant la prolongation, la pression marseillaise se fait plus intense et Amalfitano expédie un missile salvateur qui libère enfin le Vélodrome (104e, 1-2). Sur un contre, Rémy sale l’addition (121e, 3-1). L’OM est en 8e de finale. Mais que ce fut laborieux. « On aurait aimé éviter la prolongation, a reconnu Loïc Rémy à chaud. Contre Bourg-Péronnas, ce sera aussi un combat. »

Le titre de l'encadré ici

Garnier (pdt de Bourg-Péronnas) : « Je suis un fou de Marseille»|||

Le président de Bourg-Péronnas, Gilles Garnier, jubile à l’idée d’accueillir l’OM en 8e de finale de la Coupe de France. Le président de la formation de CFA, vainqueur d’Ajaccio samedi (3-2, a.p.), est un supporter du club phocéen.

Gilles Garnier, le tirage au sort vous a gâté…
Oui, nous étions dans les dernières boules. C’est tombé sur Marseille ou le Havre. Les sms affluent. J’en oublie de faire mon métier de terrassier. C’est beaucoup de bonheur pour les collectivités, nos partenaires, nos supporters, ceux qui aiment le football et le club de Bourg-Péronnas.

Où va se jouer cette rencontre ?
La meilleure solution serait de rejouer dans le même stade que face à l’AC Ajaccio, c’est-à-dire sur le terrain de rugby (le stade Verchère, ndlr). C’est ici, dans ce cocon plein qui peut accueillir 12.000 personnes, qu’on a le plus de chances de contrarier l’Olympique de Marseille. On ne pourra pas jouer au stade Gerland puisque Lyon reçoit Bordeaux. Il y a aussi le Stade des Alpes à Grenoble. Mais je ne suis pas pour qu’on s’expatrie. On va voir cela avec les collectivités car on risque de faire déplacer les foules.

Que représente l’OM ?
C’est énorme ! Quand j’étais minot, j’allais au stade à Gerland avec mon beau-père et mon oncle. Ils me mettaient des tartes quand l’OL jouait contre Marseille parce que c’était le seul match où je n’étais pas pour Lyon. L’OM, ça représente beaucoup de choses.  J’ai des photos, notamment une de Deschamps en 1993 quand il sort de la Commanderie. Je les montrerai aux dirigeants marseillais. Je suis un fou de Marseille ! Mais au soir des 8e, je serai un fou de Bourg-Péronnas.  Ce sera la seule fois où je ne serai pas pour l’OM.