RMC Sport

Lama, félin au cœur partagé

Bernard Lama

Bernard Lama - -

L’ancien gardien de Lille et du Paris Saint-Germain donnera le coup d’envoi de la finale de la Coupe de France ce samedi (20h45) au Stade de France. Impossible pour le Guyanais de donner un favori tant les deux clubs lui sont chers.

Plusieurs milliers de kilomètres, de sa Guyane natale jusqu’à Lille. A l’été 1981, Bernard Lama quitte la terre de son enfance pour vivre son rêve et tenter de devenir professionnel. Onze ans plus tard, sa mission déjà accomplie, le félin pose ses valises à Paris, où il défendra les couleurs du PSG pendant sept saisons (1992-1997 puis 1998-2000). Ces deux équipes, l’ancien gardien des Bleus les retrouvera samedi à Saint-Denis pour la finale de la Coupe de France. Il sera même au centre du terrain, à 20h45, pour en donner le coup d’envoi fictif.

« J’adore les deux clubs, explique Bernard Lama. J’ai vécu pratiquement dix ans dans le Nord (il a gardé les buts lillois de 1984 à 1989 et a également joué à Lens, ndlr). C’est une région que j’aime beaucoup, j’ai des amis là-bas. J’ai été très bien reçu même si les débuts sont toujours délicats. » Après avoir été applaudi par les supporters des deux camps, il croisera Antoine Kombouaré, son ancien partenaire des années dorées du PSG, en passant devant les bancs de touche. Mais à quelques mètres de là, d’autres regards seront complices.

« Gagnant et perdant »

« Beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui dans les staffs des deux équipes sont des garçons avec lesquels j’ai évolué, confie-t-il. Jean-Luc Buisine, Rudi Garcia, Jean-Michel Vandamme (respectivement responsable du recrutement, entraîneur et directeur du centre de formation du LOSC, ndlr), je les connais. C’est un club que j’ai toujours suivi et que je continue à suivre. Et puis en face, il y a le PSG. Je ne peux pas choisir. » Son cœur accompagnera donc avec la même intensité les destinées des deux équipes. « Je serai gagnant et perdant », sourit-il.

LP avec F.Gi.