RMC Sport

Laquait : « J’ai prié pour que Zlatan tire de ce côté ! »

Bertrand Laquait

Bertrand Laquait - -

EXCLU RMC SPORT. Bertrand Laquait était l’invité de Luis Attaque ce jeudi sur RMC. Héros de la qualification pour les demi-finales de la Coupe de France aux dépens du PSG, le gardien d’Evian TG a raconté cette désormais fameuse séance de tirs au but.

Bertrand, quel est votre sentiment après votre exploit face au PSG mercredi soir en quarts de finale de la Coupe de France (1-1, 4 tab à 1) ?

C’est un exploit de battre Paris, ce n’est pas donné à tout le monde. C’est bien pour le public, pour les dirigeants, le club, et forcément pour nous, les joueurs ! On espérait jouer les quarts de finale, mais jouer la demi-finale (le 7 ou 8 mai face à Lorient, ndlr)… L’aventure continue et c’est le principal.

Le championnat reste-t-il votre priorité, avec la 16e place actuelle d’Evian TG ?

Le maintien est le plus important, mais quand vous êtes en en demi-finales de la Coupe de France, il n’y a plus trop de priorités. La Ligue 1, c’est notre boulot, c’est impératif, mais notre truc à nous les joueurs, c’est aussi d’aller en finale et de passer ce cap de Lorient. 

Avez-vous l’impression que le PSG a été suffisant ?

Je ne sais pas. Certainement. Ils marquent assez rapidement (8e, Javier Pastore, ndlr). Peut-être qu’ils se sont dit que le match allait être facile. On a eu le même cas à Lille. On a été performant, peut-être que Paris n’a pas été à la hauteur, mais c’est un peu grâce à nous, aussi. Je crois qu’il faut aussi féliciter les joueurs, parce qu’on était organisé, discipliné et solidaire. 

Racontez-nous cette séance de tirs au but et votre arrêt face à Zlatan Ibrahimovic…

J’avais décidé d’aller de ce côté-là au coup de sifflet final des prolongations. Je me suis dit ‘‘qui peut tirer à Paris ?’’ Le premier nom qui m’est venu, c’est celui de Zlatan Ibrahimovic. Et la première idée qui m’est venue, c’est d’aller de ce côté-là. Quitte à ne pas avoir de regrets, autant rester sur ma première impression. J’ai prié pour qu’il tire de ce côté ! On me demande si j’ai étudié les penalties d’Ibrahimovic, mais non. Ça ne s’étudie pas, il n’y a pas de vérité. Mais entre tirer un penalty à Evian et en tirer un en quarts de finale de la Ligue des champions à Barcelone, la pression est différente. 

A lire aussi :

>> Evian TG, source de bonheur

>> Laquait : "C'était écrit"

>> Le PSG gâche sa fin de saison

Le titre de l'encadré ici

La Haute-Savoie rêve du Stade de France|||

A Evian, les montres des supporters sont restées bloquées à l’heure du coup de sifflet final. « C’est vraiment une folie, raconte Guillaume. Tout le monde se lève, tout le monde crie, on est tous super contents. C’est vraiment magnifique ». Après l’élimination du Paris Saint-Germain, tous les espoirs sont désormais permis. Et pour cette demi-finale de Coupe de France dans trois semaines face à Lorient, encore à domicile, les supporters y croient. « On est à fond derrière eux, s’exclame Vincent. Qu’ils y aillent, qu’ils se lâchent et qu’ils nous régalent. »