RMC Sport

Monaco: Niko Kovac, l'homme de Coupe

Trois ans sans la moindre élimination, telle est la dynamique de Niko Kovac en Coupe. Vainqueur en Allemagne avec Francfort puis le Bayern Munich, l'entraîneur croate est à deux matchs de soulever sa troisième coupe nationale d'affilée.

Février 2021. Alors que Monaco va faire son entrée en Coupe de France à Grenoble (victoire 1-0), Niko Kovac annonce en conférence de presse son adoration pour cette compétition. "J'ai toujours aimé jouer les Coupes, je crois que ça me réussit, j'ai atteint trois fois la finale en Allemagne", sourit-il. Avant de se déplacer chez le voisin niçois au tour suivant (succès 2-0), l'entraîneur croate tient à rappeler cette statistique ajoutant que la Coupe de France est une compétition "très importante à (mes) yeux. J'aime l'esprit de la Coupe en général, je sais qu'en France elle est très populaire et je veux aller le plus loin possible".

Le huitième de finale face à Metz s'approche ensuite (0-0, 5-4 aux tirs au but). Lorsque Niko Kovac apprend par les journalistes présents en conférence de presse au stade Louis II que Monaco n'a plus remporté la Coupe depuis 30 ans, il laisse échapper un rire: "C'est un très bon nombre. Quand je suis arrivé à Francfort, cela faisait aussi 30 que le club n'avait pas gagné la Coupe."

Une défaite sur les 23 derniers matchs

Il est vrai qu'en 2017, dès sa première saison sur le banc de Francfort, il hisse le club jusqu'en finale en s'en sortant à trois reprises aux tirs au but. Face au Dortmund de Thomas Tuchel, il finit par s'incliner et ne repart qu'avec une médaille (0-2). Le trophée prendra place dans la vitrine des Aigles la saison suivante, au terme d'une finale face au Bayern Munich, remportée dans les dix dernières minutes (3-1) juste avant de rejoindre le banc... du Bayern.

Avec le club bavarois, alors que Francfort, orphelin de son coach, est éliminé dès le premier tour par une équipe de quatrième division, Niko Kovac soulève la 19e coupe de l'histoire du Bayern à Berlin, large vainqueur de Leipzig (3-0). Sans club l'an dernier, l'ex-international croate n'a pu s'illustrer mais sa réussite en Coupe ne semble pas l'avoir lâché pour autant. Ce mercredi, à la veille d'affronter Rumilly-Vallières, il apprend que Monaco n'a pas disputé de finale de Coupe de France depuis 2010 et d'un sourire répond: "Oh, onze ans... Je pense qu'il est temps d'y retourner."

Rumilly-Vallières, le piège à éviter

Car l'idée de remporter trois fois de suite une Coupe nationale avec trois équipes différentes ne le laisserait pas insensible. Ni lui ni ses joueurs qui raffolent eux aussi du trophée. "Gagner un titre est toujours quelque chose de très important", souligne le latéral gauche brésilien Caio Henrique, "pour rentrer dans l'histoire d'un club, il faut remporter des titres. C'est ce dont les gens se rappellent, c'est ce qui reste. Je veux jouer, qu'on se qualifie et qu'on fasse tout ce qui est possible pour remporter cette coupe de France." Après avoir éliminé trois équipes de Ligue 1, c'est donc le petit poucet qui se présente au club de la Principauté.

A Annecy, Rumilly-Vallières (N2) jouera le match de sa vie, Niko Kovac en est conscient: "Vous savez j'ai appris, et pas seulement dans le football, qu'il faut toujours montrer de l'humilité, toujours respecter son adversaire et je sais que lorsqu'on rencontre des équipes de division inférieure, elles se battent pour la victoire. Si on joue notre jeu, à notre niveau, je pense qu'on pourra se qualifier, mais il faudra les respecter." Sous peine de passer à la poêle face à l'équipe d'une ville où siège l'entreprise Tefal. Oleg Petrov a déjà reçu la sienne, coutume oblige.

Clément Brossard