RMC Sport

Nenê et Park crucifient l’OL

Nene a inscrit le but égalisateur de Monaco contre Lyon.

Nene a inscrit le but égalisateur de Monaco contre Lyon. - -

L’ASM s’est qualifiée pour les 8e de finale de la Coupe de France grâce à un succès sur Lyon, 2-1. Les Monégasques affronteront Bordeaux dans le choc du prochain tour.

Dans leurs bonnes résolutions, pour 2010, Lyon et Monaco avaient espéré réussir un excellent début de saison 2010 après une fin 2009 passable voire mauvaise pour Lyon. Les deux formations ont eu ce qu’elles voulaient. Lyon a gagné quatre fois de suite, Monaco n’a pas pris un but. C’était donc le match des gâtés de janvier 2010 ce dimanche soir à Louis-II. Chacun a essayé de prolonger sa baraka. Et finalement, c’est Monaco, plus vaillant et entreprenant qui a continué sa série. Totalement mérité face à des Lyonnais qui ont donné le bâton pour se faire battre dans les 45 dernières minutes. Chaque équipe a eu sa mi-temps ! Lyon a rejoint les vestiaires en menant (1-0), grâce à l’ouverture du score par Jean Alain Boumsong (45e +1). Le défenseur reprend d’un coup de tête rageur le corner tiré par Maxime Gonalons. Les Lyonnais, maîtres du ballon en première période, se sont fait de grosses frayeurs sur les contres des hommes de Guy Lacombe, mais n’ont pas craqué.

Coaching perdant de Puel

Les Monégasques échaudés par ce coup de poignard juste avant la pause, haussent leur niveau de jeu et leur prise de risque. Le Brésilien Nenê simule dans la surface de réparation lyonnaise. L’arbitre M. Malige n’y voit que du feu et le meilleur buteur de L1 permet à son équipe de recoller au score (49e). Le match, jusque-là très rythmé des deux côtés, assomme peu à peu les hommes de Claude Puel. L’ASM, invaincu en 2010, s’en remet à son attaquant asiatique, Park. A la 76e, sur un centre de Modesto qui lobe toute la défense de l’OL, le Sud-Coréen reprend le ballon de la tête à bout portant au deuxième poteau. Le gardien des Gones, Hugo Lloris, est trop court et Park voit ses nombreuses occasions enfin récompensées. A 10 minutes du coup de sifflet final, Claude Puel tente le tout pour le tout, pour conserver son invincibilité en 2010, en faisant rentrer simultanément le Brésilien Michel Bastos et l’Argentin Lisandro Lopez. Et même avec ça, l’OL doit baisser pavillon. Le club de la Pincipauté, après sa très bonne seconde période, s’offre sa première victoire de la saison au stade Louis-II, après avoir été mené au score. Les vainqueurs de la coupe de France 1991, continuent leur route qui va maintenant croiser celle des Girondins de Bordeaux en 8e de finale.

La rédaction - Carine Galli