RMC Sport

Paris s’est fait peur

Guillaume Hoarau

Guillaume Hoarau - -

Les joueurs d’Antoine Kombouaré ont été mis en difficulté par Agen (CFA2) ce dimanche en 16e de finale de la Coupe de France. Le PSG s’est tout de même qualifié (2-3) grâce au réalisme de ses attaquants. En 8e de finale, les Parisiens iront défier Martigues (CFA).

« On n’en menait pas large avant la rencontre », reconnait Antoine Kombouaré. A l’issue du temps réglementaire, l’entraîneur du PSG n’est pas forcément plus enthousiaste. Certes, son équipe vient de se qualifier pour les 8e de finale de la Coupe de France en s’imposant (2-3) à Agen. Mais le contenu de la rencontre ne lui offre pas de quoi pavoiser. Loin de là. « C’était un match difficile face à un adversaire de qualité qui nous a poussés dans nos derniers retranchements », concède le technicien kanak.

Face à une séduisante et volontaire équipe de CFA2, les Parisiens se sont fait peur. Ils ont même encaissé deux buts. Deux actions sur lesquelles Edel ne s’est pas montré irréprochable. A l’image de son gardien, c’est tout l’arrière garde du PSG qui a, par moments, semblé fébrile face aux amateurs du Lot-et-Garonne. Heureusement pour le club de la capitale, les attaquants ont été plus inspirés.

Pour son retour dans le groupe, Mathieu Bodmer a inscrit son 4e but de la saison, Guillaume Hoarau s’est rassuré et Peguy Luyindula a effacé sa frustration après sa non-titularisation à Montpellier (1-0 a.p.) en demi-finale de la Coupe de la Ligue. « C’était un match difficile car les Agenais étaient performants en contre, explique le joker parisien, auteur de son 5e but de la saison. Sur un terrain compliqué, il fallait donc se méfier. On s’est fait un peu peur avec leur deuxième but. Au final, on a réussi à tenir. L’essentiel est de se qualifier. »

Makelele : « On a été mis en difficulté »

Devant 12 000 spectateurs assez bruyants, le PSG s’est compliqué la vie tout seul en terre d’ovalie. Au retour des vestiaires, les joueurs de la capitale ont rapidement mené 3-1. Avant de se relâcher et de redonner confiance à leurs hôtes. « On a été mis en difficulté mais on est passé en étant efficace devant », résume Claude Makelele, qui disputait ce week-end son 100e match sous le maillot rouge et bleu.

Finalement, les dauphins de Ligue 1 s’en sortent avec un avertissement sans frais. Au tour suivant, il leur faudra faire preuve de plus de constance à Martigues (CFA). Dans une ville dont le cœur bat pour l’OM, l’accueil sera forcément plus électrique. La dernière visite des Parisiens dans la commune des Bouches-du-Rhône s’était soldée par une victoire (0-1 en 2003). Ronaldinho avait offert la qualification sous une pluie d’insultes et de projectiles. Les joueurs de Kombouaré se contenteraient certainement d’un scénario identique début février…

Alexandre Jaquin