RMC Sport

Toivonen, l’autre Ibra… malgré lui

-

- - -

Depuis son arrivée en L1, Ola Toivonen est inlassablement comparé à Zlatan Ibrahimovic. La faute, notamment, à sa redoutable efficacité, qu’il va tenter d’utiliser pour qualifier Rennes en finale de Coupe de France, ce mardi contre Angers (20h50).

Il est grand, suédois, attaquant. Autrement dit, un profil à forte tendance « Ibrahimogène » qui lui promettait quelques comparaisons avec l’envahissant Zlatan. Ola Toivonen a en plus eu la mauvaise idée d’enquiller les buts depuis son arrivée au Stade Rennais, le 21 janvier 2014, abandonnant du même coup son identité propre pour devenir aux yeux des médias l’Ibrahimovic breton. Son nez a beau être nettement moins remarquable, sa propension à faire trembler les filets, parfois de manière spectaculaire, valide en partie l’inévitable analogie.

En 11 titularisations, l’attaquant de 27 ans a tiré 16 fois au but. Pour 9 tirs cadrés et 6 réalisations. Net et précis. Impressionnant de sang-froid dans ses face-à-face, capable de gestes géniaux comme sa demi-volée contre Bastia (31e journée), le buteur de 27 ans est pour beaucoup dans le réveil des Rennais, un temps aux portes de la relégation. « Je ne m'attendais pas à de tels débuts, confie modestement l’ex-joueur du PSV Eindhoven. Ce que je voulais, c'était sauver la saison et ne pas descendre. C'est bien parti. Et on peut même gagner un titre. Mais je ne peux pas dire que je suis responsable. Tout le monde avance bien ensemble. Moi on m'a pris pour marquer des buts et je ne fais que mon boulot. »

Montanier : « Il est très écouté »

En perte de vitesse avec le PSV en raison d’un conflit avec sa direction, Toivonen ne s’est donc pas trompé en choisissant Rennes pour se relancer. Et les dirigeants bretons savourent l’énorme retour sur leur petit investissement (2,5 M€). « Il est extrêmement investi, ouvert et sympathique, explique son entraîneur Philippe Montanier. Il parle quelques mots en français, il plaisante déjà. Il a été très bien accepté par le vestiaire. Il a une bonne humeur communicative et de la personnalité. Il est très écouté. »

L’international (36 sélections, 7 buts) sera encore l’arme offensive numéro 1 des Rouge et Noir contre Angers ce mardi, en demi-finale de Coupe de France (20h50). Il pourra d’ailleurs s’inspirer d’un certain Ibrahimovic, qui a qualifié son équipe pour la finale de la Coupe de la Ligue avec un doublé en demie, contre Nantes. « Ça ne me dérange qu'on me pose toujours et toujours des questions sur Ibra, s’amuse-t-il. C'est plutôt normal. C'était la même chose en Suède et aux Pays-Bas. C'est un joueur fantastique et un bon coéquipier en sélection. C'est l'un des meilleurs joueurs suédois qu'il me sera donné de voir. » Dans l’ombre de Zlatan ou pas, Ola ne se privera pas pour « toivoner » à tout va.

A lire aussi : 

- Montanier encense Toivonen

- L'actu de la Coupe de France

- Rennes égaye sa Coupe de France

A.T. avec P.-Y.L.