RMC Sport

Bastia-PSG : le Sporting va "mettre des coups"

Le moral gonflé à bloc par leur victoire face au PSG de janvier en L1 (4-2), Bastia espère vaincre à nouveau les Parisiens en finale de la Coupe de la Ligue, samedi au Stade de France (21h). Pour cela, les Corses s’appuieront sur une détermination et un engagement physique bien au-dessus de la moyenne. C’est en tout cas ce qu’ils annoncent.

« On les a battus déjà une fois alors pourquoi pas deux ? On dit que la foudre ne frappe pas deux fois au même endroit mais ce sont des conneries ! On est capables de rebattre le PSG, c’est une certitude. » Julian Palmieri n’a pas oublié l’éclatante victoire du Sporting Club de Bastia face au PSG (4-2), le 10 janvier dernier à Furiani pour le compte de la 20e journée de Ligue 1. A l’heure des retrouvailles avec les doubles champions de France, samedi soir en finale de la Coupe de la Ligue (21h), le milieu de terrain bastiais misera une nouvelle fois sur la sur-motivation de ses troupes pour triompher au Stade de France.

« Pour les Parisiens, c’est bien, ça va leur faire une ligne de plus à un palmarès déjà bien rempli, mais pour nous, c’est beaucoup plus fort, prolonge le Corse. On va jouer avec nos tripes. Je ne pense pas que ce sera le cas de tous les Parisiens parce qu’ils ont un match très important trois jours après (face à Barcelone en quart de finale de Ligue des champions, ndlr). » Ryad Boudebouz abonde : « Il ne faut pas les calculer ni les respecter, avance le milieu de terrain. C’est le PSG, il va falloir mettre des coups. Certains joueurs vont lever le pied pour pouvoir jouer contre le Barça. »

Cissé : « Il faudra leur marcher dessus »

Les Corses misent donc sur leur détermination et leur tempérament rugueux pour faire plier la machine à gagner parisienne. Même les joueurs les plus expérimentés comme Djibril Cissé sont en mission commando. « On fera le plus gros match possible et, quoi qu’il arrive, il faudra leur marcher dessus », assure celui qui pourrait disputer la 10e et dernière finale de sa carrière. Ajoutons aussi à ces beaux discours qu’un certain Brandao, pas réputé pour sa fine technique et surtout absent depuis son coup de boule sur… Thiago Motta au Parc, pourrait faire partie du groupe bastiais et donc effectuer son grand retour à la compétition après sa suspension.

Autant de paramètres qui laissent penser que Bastia sera en mode déménageur au Stade de France. Mais pas complètement selon certains. Poussée par le peuple corse, l’équipe de Ghislain Printant rappelle aussi qu’elle sait jouer au football. « Deux, trois passes on sait faire, sourit Julian Palmieri. Tu as beau mettre des coups, quand tu as le ballon, si tu leur marches dessus ça ne sert à rien. Il faut jouer au football aussi. »

La rédaction avec FG