RMC Sport

Coupe de la Ligue : dans le Chaudron, Lille est comme à la maison

Marvin Martin face à Jérémy Clément

Marvin Martin face à Jérémy Clément - -

Lille tentera de retrouver le Stade de France deux ans après sa victoire en Coupe de France, ce mardi en demi-finale de la Coupe de la Ligue à Saint-Etienne (20h55) où les Dogues restent sur trois victoires consécutives.

Pourquoi changer les bonnes habitudes ? En déplacement à Saint-Etienne ce mardi en demi-finales de la Coupe de la Ligue, Lille compte surfer sur son insolente dynamique à Geoffroy-Guichard pour retrouver le Stade de France. Les Dogues ont fait du Chaudron leur résidence secondaire ces trois dernières années avec trois victoires en autant de matches. Mieux, sur leur 10 derniers déplacements dans le Forez, les Nordistes ne se sont inclinés que deux fois. Cette saison n’a pas dérogé à la règle avec un succès dès la première journée de L1 dans la Loire (2-1). « C’est vrai que c’est un stade qui nous réussit pas mal », convient le peu prolixe Lucas Digne.

Rudi Garcia, entraîneur lillois et ancien de la maison verte (entraîneur-adjoint puis entraîneur de 1999 à 2001), trouve un début d’explication à ce très bon ratio. « C’est un stade qui donne envie de bien jouer parce que c’est un public de connaisseurs. Et puis, l’ambiance y est énorme et ça joue sur les performances des joueurs, avance-t-il. Là, ce sera certainement décuplé parce que c’est une demi-finale et qu’on sait tous ce qu’il y a au bout. Si ça peut continuer à nous porter chance, pourvu que ça dure. » Un nouveau succès à Saint-Etienne ouvrirait de nouveau les portes du Stade de France que les Lillois n’ont plus fréquenté depuis mai 2011 et leur victoire en finale de la Coupe de France face au PSG (1-0).

Garcia : « Une formidable opportunité de retrouver le Stade de France »

« C’est une formidable opportunité de le retrouver et de gagner un trophée, poursuit Garcia qui enregistre le retour de Marko Basa dans le groupe. Quand on arrive en demi-finale, il reste quatre équipes de qualité et quelle que soit l’équipe rencontrée ou le lieu où l’on joue, c’est une formidable opportunité d’emmener nos supporters au Stade de France. On est très motivé pour accomplir ça. » Pour y parvenir, il pourra compter sur l’excellente forme d’un autre ancien Stéphanois, Dimitri Payet.

En ce moment, le co-meilleur passeur de L1 (7 passes comme Steed Malbranque, 7 buts) flambe après des débuts en dents de scie depuis son arrivée dans le Nord en 2011. « Il est bien physiquement et il est en pleine confiance. C’est un joueur décisif chez nous, assure Garcia. On l’avait pris pour ça, on ne s’était pas trompé. Avec un Dimitri de ce niveau-là, c’est plus facile de marquer des buts. » Et plus facile de se qualifier.

Nicolas Couet avec Jean Bommel