RMC Sport

Danzé : « Il faut conjurer le mauvais sort »

Romain Danzé

Romain Danzé - -

A 24 heures de la finale de la Coupe de la Ligue, Romain Danzé estime que Saint-Etienne a une longueur d’avance sur son équipe. Mais vu le parcours calamiteux de Rennes en L1, le défenseur breton voit cette finale comme une chance à saisir.

Vous êtes le dernier rescapé de l’année 2009 durant laquelle Rennes s’est incliné en finale de la Coupe de France face à Guingamp (1-2)… Quel souvenir gardez-vous de ce match ?

Une grosse fête, un stade plein, de l’engouement. Les gens parlent de cette défaite. On est un club qui se stabilise, puisqu’on revient 4 ans après. Il ne faut pas rester sur des échecs et il faut conjurer le mauvais sort. C’est une chance pour le stade Rennais. Il faut la saisir.

La « fièvre verte » est-elle stressante ?

Il faut que l’on se concentre sur nous. Il faut qu’on joue notre jeu avant de se préoccuper de l’adversaire. On veut gagner cette finale. Sainté est clairement favori : 16 matches sans défaite et nous, 8 matches sans victoire. Il n’est pas difficile de savoir qui est favori. Ils auront un avantage au niveau de la confiance. Nous, on jouera notre chance à fond.

Comment appréhendez-vous cette finale de la Coupe de la Ligue ?

Je suis très excité, on veut rentrer sur le terrain pour jouer ce match. Mais on aura un manque de confiance en partant outsider. Mais on n’a pas regardé l’ampleur là-bas, ni la télé, ni les journaux. On a reçu du soutien du public, des anciens joueurs… C’est certain que le statut de favori en 2009, on l’avait mal géré. On a moins de pression, mais la meilleure réponse, ce sera après le match.

Vos résultats en championnats ne sont pas exceptionnels… Voyez-vous la finale de la Coupe de la Ligue comme votre dernière chance ?

On remet tout à zéro sur cette compétition. Mais après, on ne sait pas ce qui va se passer. Cela reste une finale et c’est important, mais on aurait peut-être une autre chance d’ici la fin de saison. On va jouer dans un stade différent. Il faut sortir du contexte du championnat et il faudra jouer notre jeu devant un public différent.

A lire aussi :

>> Antonetti s'attend à un "tsunami vert"

>> Rennes, une finale sous haute tension

>> Antonetti : "C'est la faute du système"