RMC Sport

Kombouaré ne veut rien lâcher

-

- - -

De plus en plus discréditée, la Coupe de la Ligue n'est pas un objectif secondaire du Paris SG. Alors que son équipe se déplace ce mercredi à Dijon (17h) pour y disputer son 8e finale, Antoine Kombouaré ne veut rien lâcher. Et ses joueurs ?

La cote de la Coupe de la Ligue est en chute libre. A Paris, pourtant, il n’est pas question de dénigrer une compétition que le PSG a déjà remportée trois fois (1995, 1998, 2008). Malgré un calendrier surchargé, Antoine Kombouaré veut même la jouer à fond. Et il l’a fait savoir. « Moi, je n’ai jamais dit qu’il fallait supprimer la Coupe de la Ligue, assure le Kanak. Tant qu’elle est en place, on la joue. Parler, c’est faire du vent. J’ai envie d’aller en finale et de la gagner. C’est un trophée supplémentaire. C’est aussi le chemin le plus court pour aller en Ligue Europa. Cette compétition nous tient à cœur. On a envie de bien y figurer. »
Pour son entrée en lice ce mercredi en huitièmes de finale, la formation parisienne ne se déplacera donc pas à Dijon la fleur fusil. Malgré la fatigue et les blessures (Chantôme et Tiéné sont forfait), Antoine Kombouaré alignera une formation pour s’imposer en Bourgogne. « En championnat ou en Ligue Europa, j’ai toujours fait tourner, mais avec l’idée d’aligner la meilleure équipe possible », justifie Kombouaré.

« Quand mon équipe gagne, je suis toujours très satisfait »

L’entraîneur parisien aura aussi noté que Dijon a posé de gros problèmes à son équipe en championnat, dimanche, au Parc des Princes (2-0). Malgré deux buts de Nene, les partenaires de Javier Pastore ne sont pas apparus sous leur meilleur jour. Une prestation timorée qui n’a pas agacé plus que ça Antoine Kombouaré. Du moins publiquement : « Quand mon équipe gagne, je suis toujours très satisfait », affirme-t-il. Le technicien du PSG craint-il une réaction d’orgueil des joueurs de Patrice Carteron, vexés dimanche par l’impunité dont aurait bénéficié Pastore auprès du corps arbitral ? « Ils sont sortis frustrés, remarque-t-il. On aura un bon Dijon, mais on ne va pas se laisser faire. On gagne, on avance. On perd, on dégage. Il ne faut pas rater ce match. » Du pur Kombouaré.