RMC Sport

Lille sur les traces du modèle lyonnais

Rudi Garcia refuse de comparer son club à l'OL

Rudi Garcia refuse de comparer son club à l'OL - -

Longtemps souverain en France, Lyon se frotte ce soir (20h50) au champion de France en titre lillois (20h50) en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Modeste mais ambitieux, le LOSC se verrait bien prendre la place vacante laissée par l’OL.

Il y a eu le règne de Lyon. Sept titres de champion de France empilés entre 2001 et 2008. Puis l’OL a laissé sa couronne. A Bordeaux d’abord, puis à Marseille et Lille, tour à tour sacrés. Pendant ce temps-là, les Rhodaniens font preuve d’une grande régularité avec deux troisièmes place et une place de dauphin. Sauf que dans le même temps, le LOSC passe de la 5e à la 4e place avant de célébrer son titre l’année dernière. Comme si le club de Michel Seydoux marchait sur les traces d’un Lyon, longtemps pris pour modèle.

Pas question pour autant de tirer sur la bande à Rémi Garde, même si les Lyonnais sont devancés d’un point au classement par leurs adversaires du jour. Tout simplement parce que Lyon continue de figurer parmi les huitièmes de finaliste de la Ligue des champions, alors que Lille ne parvient même pas à arracher une 3e place synonyme d’Europa League. Mais également parce que l’expérience et la notoriété jouent toujours en faveur de Lyon.

Mavuba : « Il faut s’inspirer de Lyon »

Et quand un journaliste ose la comparaison, Rudi Garcia reprend. « Ce serait manquer d’humilité de dire ça. Lyon a gagné sept titres consécutifs, souffle l’entraîneur lillois. Ils ont régné sur le football français pendant une décennie. On a simplement gagné le titre la saison dernière et on bataille pour être sur le podium cette année. Il n’y a pas de comparaison possible. » Même son de cloche du côté du capitaine : « Il faut s’inspirer de ce qu’ils ont fait. Ils ont fait du beau boulot, reconnaît Rio Mavuba. Il faut s’inspirer de ce club. Lyon reste un modèle de club bien construit. »

Les choses ont pourtant évolué ces dernières années. Sur le plan sportif donc, mais également au niveau des infrastructures. Lille possède un temps d’avance dans la construction de son nouveau stade. Signe également que les temps évoluent, pendant que Lyon mise sur la formation, Lille parvient à attirer des grands noms (Joe Cole) et à garder ses pépites (Eden Hazard). Les prémices d’un changement que les supporters lillois souhaitent se prolonger encore un peu plus.