RMC Sport

Monaco-Rennes: Badiashile, héros des tirs au but

Monaco s’est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue à l’issue d’une séance de tirs au buts renversante contre Rennes (1-1, 8-7 tab). Le gardien remplaçant Loïc Badiashile a inscrit le but décisif après l’échec de son homologue.

Loïc Badiashile peut exploser. Sans lui, son équipe aurait plongé au fond du gouffre. L’AS Monaco s’est qualifiée pour les demies de la Coupe de la Ligue à l’issue d’un match soporifique contre Rennes (1-1, 8-7 tab), d’une grande pauvreté, heureusement conclu par une séance de tirs au but rocambolesque (1-1, 8-7 tab). Le gardien aura multiplié les parades avant de marquer le but décisif, au bout du bout.

Thierry Henry peut souffler, il ne connaîtra pas le destin de l'OM, éliminé de toutes les Coupes. Mais à part ça, la rencontre a surtout été animée par un festival d’imprécisions techniques (trois tirs cadrés seulement). L’enjeu d’une qualification pour le dernier carré de la compétition n’a même pas convaincu les acteurs de faire grimper le mercure dans un stade quasiment vide. L’intensité déployée a été quasiment nulle.

Intervention furtive du VAR avant le bijou de Ben Arfa

Cela était presque attendu de la part d’une équipe comme Monaco, accablée par ses malheurs depuis le début de la saison et qui cherche toujours à se dépêtrer du marasme dans lequel elle est plongée. Pour Rennes, en revanche, un excès coupable de confort des joueurs de Julien Stéphan, victorieux lors de leurs cinq derniers matches, toutes compétitions confondues, peut expliquer la piètre qualité de la production.

La première frappe du match est intervenue à la 18e minute de jeu seulement, elle a été l’œuvre de Moussa Sylla pour Monaco, servi par Rony Lopes. L’international portugais, principal agitateur d’une équipe moribonde, a délivré un excellent ballon à son coéquipier, lequel sera ensuite déséquilibré à la limite de la régularité (28e). M. Delerue a décidé que le jeu pouvait se poursuivre après intervention de l’assistance vidéo à son oreillette.

Rony Lopes, une première depuis août 2018

Deux minutes plus tard, un éclair de génie de l’imprévisible Hatem Ben Arfa, assez peu concerné par ailleurs, en témoigne sa nonchalance affichée lors de son tir au but manqué, a réveillé les quelques centaines de supporters présents. L’international français s’est retourné face au jeu avant d’éliminer son vis-à-vis et de servir Bourigeaud (30e). La fluidité de l’enchaînement n’a d’égale que la finition du buteur et l’apathie de la défense adverse.

Rony Lopes en a profité à son tour (55e) pour se trouver à la conclusion d’un mouvement où, en infériorité numérique, les Monégasques ont déstabilisé les Rennais, mal distribués sur le terrain, en trois passes. Auteur de son deuxième but de la saison, le 1er depuis le 11 août à Nantes (victoire 3-1), le milieu offensif a permis à ses coéquipiers d’affronter une séance de tirs aux buts fatidique. Il fallait bien ça aux joueurs de Thierry Henry pour sortir de l’ornière.

RMC Sport