RMC Sport

PSG-Monaco: L'arbitrage vidéo a lancé la finale mais fait toujours débat

Clément Turpin

Clément Turpin - AFP

Le Paris Saint-Germain a marqué le premier but de la finale de Coupe de la ligue contre Monaco sur penalty. Une décision prise après intervention de la vidéo… et quelques minutes d’attente.

Edinson Cavani a parfaitement lancé le PSG ce samedi soir en finale de Coupe de la ligue contre Monaco. Si la faute de Kamil Glik ne laisse pas beaucoup de place au doute, Clément Turpin a eu besoin de la vidéo pour prendre sa décision. D’entrée, l’arbitre avait semblé désigner le point de penalty avant de suivre son assistant et de siffler un hors-jeu d’Adrien Rabiot. Face aux contestations des Parisiens, et après de longues secondes, Clément Turpin demande l’assistance vidéo. 

Quiniou: "Effectivement il y a penalty"

"Au départ Turpin suit son assistant pour le hors-jeu de Rabiot. J’ai l’impression que si Clément Turpin lève le bras c’est pour le hors-jeu, a estimé Joël Quiniou pour RMC. Mais au départ, Kylian Mbappé est accroché par Kamil Glik. La première faute et c’est celle-là qui compte, et c’est celle-là que juge l’arbitre vidéo pour donner la bonne décision. Effectivement il y a penalty."

Di Meco pas convaincu 

Visiblement le recours à la vidéo pose encore problème, à en juger par les minutes de flottement qui ont suivi l’arrêt du jeu. Eric Di Meco trouve pénible les nombreuses demandes d’arbitrage vidéo. Le membre de la Dream Team RMC Sport craint une dérive semblable au rugby, avec un jeu haché. Pire, l’ancien défenseur n’apprécie pas le manque de visibilité du règlement. "Le ballon était arrêté donc c’est bien d’avoir pu corriger une erreur grâce à l’arbitrage vidéo, conclut finalement Joël Quiniou. Donc cela rentre dans les cas du règlement."

La rédaction