RMC Sport

Rémy, la finale amère

Loïc Rémy

Loïc Rémy - -

Exclu dimanche dernier pour un geste d’humeur sur le Montpelliérain El Kaoutari, Loïc Rémy manquera samedi la finale de la Coupe de la Ligue. C’est donc en supporter que l’international français suivra les retrouvailles qui attendent son club face à Montpellier. Dur à encaisser.

Samedi, tandis que ses camarades s’ébroueront sur la pelouse du stade de France, lui sera en tribunes. Puni, pour n’avoir pas su résister, dimanche dernier en championnat, à une provocation d’Abdelhamid El Kaoutari. « Il a commencé à me dire des mots qui dépassaient sa pensée, raconte Loïc Rémy. Il s’est approché de moi, m’a provoqué et j’ai fini par réagir. »

La gifle de l’international français part. Derrière, le couperet tombe. Carton rouge. Le premier avertissement de Rémy cette saison est aussi le plus sévère. Car il le prive instantanément de la finale de la Coupe de la Ligue. « Je suis super déçu de ne pas pouvoir la jouer. C’est un moment fabuleux dans une carrière. »

A qui la faute, alors ? A l’heure du « procès », Rémy affiche une lucidité sans vergogne. « Je lui en veux. J’ai déjà joué contre lui et ce n’est pas un joueur qui provoque d’habitude. Mais je ne peux surtout m’en vouloir qu’à moi-même. Je dois être maître de moi, de mes réactions. Je ne suis pas quelqu’un de méchant. » Averti deux fois lors des deux… précédentes saisons, Rémy ne l’est pas, c’est certain. Sûr que l’expérience, amère, de samedi lui aura servi de leçon.

En attendant, c’est comme supporter qu’il vivra la finale de la Coupe de la Ligue. Un supporter privilégié puisqu’il sera quand même intégré au groupe qui se rendra, dès jeudi, à Paris. Histoire « d’être dans le vif du sujet », « de vivre le match avec ses coéquipiers ». Et d’avoir sa part de finale à lui.

A.D