RMC Sport

Alexandre Juillard : «Personne ne se bat pour succéder à Maradona»

Diego Maradona

Diego Maradona - -

Une fois digérée l’élimination des favoris argentins de la Coupe du monde, balayés par l’Allemagne en quart de finale (4-0), que va-t-il advenir de Diego Maradona, sélectionneur des Albiceleste depuis 2008 ? Éléments de réponse avec Alexandre Juillard, auteur de la seule biographie en français* du « Pibe de Oro ».

Diego Maradona est-il le principal responsable de l’échec argentin dans cette Coupe du monde ?
Il a de grandes responsabilités dans la déroute de sa sélection. Il claironnait que son équipe allait être championne du monde. Et puis contre les Allemands, il y a eu un souci tactique. Il n’a pas revu ses plans. Le problème est qu’il soit mort avec ses idées.

Quel est son véritable degré de popularité en Argentine ?
« El Diez » a longtemps été un dieu vivant. Il a donné les plus beaux moments de joies collectives de l’histoire de l’Argentine. Mais tous ces problèmes de drogue, d’obésité et sa paranoïa ont entrainé une baisse de sa cote de popularité. Dans les classes défavorisées, il reste un héros. Pour les grandes familles argentines qui contrôlent le pays, il n’est guère apprécié. Ils doivent se frotter les mains de cet échec et pensent qu’ils l’ont définitivement enterré.

Va-t-il rester à la tête de la sélection argentine ?
D’un strict point de vue affectif, il devrait partir. Il n’a pas réfléchi à son futur en cas d’échec. Les dirigeants de la fédération vont peut être l’évincer. Mais il ne faut pas oublier un point très important : l’argent et le business qu’il provoque. Maradona est une véritable poule aux œufs d’or. En 2011, la Copa America se déroulera en Argentine. Pour Julio Grondona, le président de la Fédération argentine de football, c’est un élément qui va être pris en compte. Au niveau de la médiatisation et des retombées financières, une Copa America avec Maradona à sa tête ou sans, ça n’a rien à voir.

Que souhaite Maradona ?
Il l’a dit, il est comme un boxeur qui vient d’être mis KO dans un combat. Il ne s’est pas encore relevé. S’il décide de rester, cela sera compliqué pour les dirigeants de le mettre sur la touche. Encore une fois, pour des raisons financières. Et personne ne se bat pour reprendre les rênes de la sélection. Avant le match face à l’Allemagne, des rumeurs disaient même qu’il pourrait prolonger jusqu’en 2015.

* « Maradona », Hugo&Cie, 2010.

Propos recueillis par Carine Galli