RMC Sport

Allemagne: Angela Merkel demande de "respecter" la décision d’Özil

Fervente supportrice de la Mannschaft, Angela Merkel a réagi ce lundi, par le biais de son porte-parole, à l’annonce de la retraite internationale de Mesut Özil. Le meneur de jeu d’Arsenal, meurtri par les attaques "racistes" dont il fut victime après sa photo aux côtés du président turc Erdogan, soulève aujourd’hui des questionnements plus larges en Allemagne.

En publiant un long communiqué en trois parties distantes de plusieurs heures, Mesut Özil aura animé tout l’après-midi en Allemagne… et tous les débats. Le joueur d’Arsenal, rentré d’une Coupe du monde ratée avec la Mannschaft, a annoncé dimanche qu’il prenait sa retraite internationale. Le meneur de jeu en avait visiblement gros sur le cœur, après la polémique dont il fut l’objet pour avoir pris la pose aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan en mai dernier, et a estimé avoir été victime de "racisme" en raison de ses origines turques.

"Il a fait beaucoup pour l’équipe"

L’Allemagne s’est embrasé jusqu’à pousser la sphère politique à réagir. Angela Merkel l'a fait par le biais de son porte-parole, appelant à respecter sa décision. "Comme vous le savez, la chancelière apprécie beaucoup Mesut Özil, a rappelé Ulrike Demmer. Mesut Özil est un joueur de foot qui a beaucoup fait pour l'équipe nationale. Mesut Özil a désormais pris une décision qui doit être respectée."

Le mois dernier, Angela Merkel avait déjà défendu publiquement le champion du monde 2014 et son coéquipier Ilkay Gündogan, sifflés par une partie du public. "Ils appartiennent à l'équipe nationale et je me réjouirais que les fans les applaudissent aussi", avait alors lâché la chancelière allemande. Le pays a profité de l’annonce de Mesut Özil pour entrer dans un débat plus large autour de l’intégration et des relents racistes de certains. Le ministre des Affaires étrangères a lui botté en touche, déclarant: "Je ne pense pas que le cas d'un multimillionnaire vivant en Angleterre nous apprenne quelque chose sur les capacités d'intégration de l'Allemagne." Ambiance.