RMC Sport

Anthony Baffoe : «Un match très important pour le continent africain »

Anthony Baffoe

Anthony Baffoe - -

Pour l’ancien défenseur international ghanéen de l’OGC Nice (1994-1996), aujourd’hui dirigeant de la Fédération ghanéenne, le Ghana s’apprête à jouer face à l’Uruguay (20h30) bien plus qu’un match de football.

Anthony Baffoe, on imagine que c’est une grande fierté pour vous de voir le Ghana en quart de finale de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire...
Oui. Déjà parce que c’est mon pays, mais aussi parce que nous sommes désormais les seuls à représenter l’Afrique. C’est une pression supplémentaire mais c’est une pression très positive parce que tu veux aller encore plus loin pour les autres pays africains justement. Vous savez, avant on était tous derrière le Cameroun ou la Côte d'Ivoire mais au final c'est le Ghana qui a fini par avancer.

Comment analysez-vous la réussite du Ghana dans la compétition ?
Pour le moment, nous avons été très bons sur deux points : la discipline mais surtout la tactique. Je pense aussi que l’amalgame est bon entre les champions du monde des moins de vingt ans et les joueurs expérimentés. Le coach, Milovan Rajevac, a su créer un esprit d’équipe qui n’existait pas à mon époque. Regardez des joueurs comme Gyan, Kingson, très intelligents sur le terrain. Ou encore le petit Annan que j’appelle « Makelele », un gros travailleur au milieu de terrain. Alors imaginez un peu si on avait Michael Essien… je vous aurais dit qu’on va gagner cette Coupe du monde !

L’absence d’Essien, justement, n’a-t-elle pas été un mal pour un bien ?
Non, l’esprit d’Essien est essentiel à l’équipe. Vous savez, il appelle chaque jour les joueurs, il est avec nous à 100%. Je pense qu’avec lui on serait encore plus fort même si Kevin Boateng l’a très bien remplacé. J’aurais aimé qu’il soit là face à l’Uruguay mais, même sans lui, on va gagner parce que les joueurs savent que ce match est important. Pas seulement pour le Ghana mais pour tout le continent africain.