RMC Sport

Bini : « Heureux quand même »

Bruno Bini

Bruno Bini - -

Malgré l’élimination de ses protégées aux portes de la finale du Mondial, mercredi soir face aux Etats-Unis (1-3), le sélectionneur de l’équipe de France féminine savoure le parcours réalisé en Allemagne.

Bruno Bini, vous avez réalisé un match de bonne qualité face aux Américaines, mais il n’y aura pas de finale au bout…

Nous manquons de rencontres de très, très haut niveau. C’est ce qui nous a handicapés dans la gestion des temps forts des Etats-Unis. Entre la vingtième minute et le deuxième but américain (79e), on a maitrisé le match mais on a manqué d’un peu de lucidité devant le but. Deux grosses occasions ont été gâchées. Les USA ont l’habitude d’être championnes du monde ou olympiques, elles ont cette culture de la gagne que nous n’avons pas encore. Mais je suis heureux quand même, car il y a toujours cette troisième place (samedi face à la Suède, ndlr) à aller chercher et la qualification pour les Jeux Olympiques est maintenant acquise.

Dans quel état d’esprit étaient les joueuses dans le vestiaire ?

Chacune va réagir en fonction de sa personnalité. Certaines vont pleurer, certaines vont appeler des amis, certaines vont penser à échanger le maillot avec les adversaires. Cela peut choquer, mais ça m’est égal que les filles s’expriment. Je n’ai pas le droit de les bloquer dans leur personnalité. La seule chose que je vais leur dire, c’est de récupérer pour la petite finale.

Au-delà d’avoir atteint pour la première fois une demi-finale de Coupe du monde, aviez-vous à cœur d’attirer les regards sur le football féminin ?

Vous savez, j’ai pour habitude de prendre beaucoup de recul par rapport à tout ça. Maintenant, on sait que cette équipe de France féminine a fait un peu de bruit dans notre pays. Mais ce qu’il faut voir, c’est si les gens qui ont fait des pieds et des mains pour nous avoir seront toujours là quand on fera des matches amicaux, comme en août au fin fond de la Pologne.